Publicité

QUESTION D'ACTU

Observatoire de la vie étudiante

La santé des étudiants se dégrade

Stressés, déprimés et épuisés, le dernier sondage de l'Observatoire de la vie étudiante dresse un bilan sombre de l'état de santé mentale des jeunes.

La santé des étudiants se dégrade JACQUEMART/ISOPIX/SIPA

  • Publié 10.12.2013 à 18h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Stress, déprime, sentiment de solitude... Le dernier bilan de la santé des étudiants est bien sombre. L'Observatoire de la vie étudiante (OVE) a livré ce 10 décembre son sondage sur l'état de la vie étudiante en 2013. Au total, 41 000 questionnaires ont été exploités. Si sur le plan scolaire, il s'avère positif, les volets santé et finances montrent une dégradation de la situation des jeunes.

 

Plus de 60% des étudiants jugent leur état de santé satisfaisant ou très satisfaisant. Un chiffre encourageant, mais en déclin par rapport au dernier sondage de 2010. On remarque par ailleurs que les filles, les jeunes vivant en colocation et les étudiants étrangers sont moins nombreux à se dire en bonne santé. Les sondés sont également une moitié à se déclarer stressés ou déprimés. Les étudiants en classe préparatoire, sans surprise, semblent davantage touchés par ces troubles que les autres étudiants. Parmi les autres symptômes d'une mauvaise santé, l'épuisement (39%), le sentiment de solitude (26%) et les problèmes de sommeil (22%).

 

Comment expliquer le grand nombre d'étudiants qui ont le moral en berne ? En observant les chiffres sur la situation financière des étudiants, on peut trouver quelques indices. La moitié des étudiants se dit confrontée à des difficultés financières. Ils s'ont d'ailleurs un grand nombre à renoncer à des soins par manque d'argent. Conséquence directe de ces problèmes : une majorité des interrogés disent travailler hors de la saison estivale, principalement parce que c'est nécessaire. Ils sont même une bonne partie (19%) à considérer que cette activité est concurrente ou très concurrente de ses études.

 

Conséquence indirecte de cette activité rémunérée : les étudiants qui travaillent se sentent plus stressés et plus déprimés que les autres. Etant plus nombreux à travailler après les cours, ils sont donc plus nombreux à ressentir les effets d'un moral bas. Autre indicateur du moral assez sombre des jeunes : ils sont une minorité à se sentir intégrés à leur établissement, ce qui accroît le sentiment de solitude. En mai dernier, un sondage pour la mutuelle étudiante Smerep insistait déjà sur le stress subi par un grand nombre d'étudiants et la perte de confiance en soi chez les jeunes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité