Publicité

QUESTION D'ACTU

Atlas régional des pratiques addictives

Addictions : les 3 surprises du palmarès

Dans son Atlas régional, l’Inpes révèle qu'en Ile-de-France, on boit et fume peu. Le Languedoc-Roussillon cumulerait le plus d’usages, alors que les Bretons ne boivent pas plus d’alcool que les autres.  

Addictions : les 3 surprises du palmarès ALFRED/SIPA

  • Publié 07.11.2013 à 14h48
  • |
  • |
  • |
  • |


Derrière les grandes tendances nationales de pratiques addictives se cachent en réalité des situations différentes sur le plan régional, qui appellent évidemment à des réponses sanitaires spécifiques. C’est pourquoi l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) vient de publier pour la 1ère fois, l’analyse géographique des pratiques addictives issue des données du Baromètre santé 2010. L’objectif de l’Inpes est de fournir ainsi aux décideurs politiques des outils d’observation adaptés afin de renforcer les politiques régionales de santé. Des actions de prévention et d’information pourraient être développées au plus près des comportements des populations. Pourquoi Docteur a retenu les résultats de 3 régions dont les consommations vont à l’encontre de certains clichés.

 

Pas plus de buveurs réguliers en Bretagne

Alors que certaines idées reçues perdurent depuis longtemps, les données révélées par le Baromètre de l’Inpes risquent de faire plaisir à certains Bretons. En effet, sur le plan de la consommation d’alcool régulière, la Bretagne se situe tout à fait dans la moyenne nationale, c’est à dire aux alentours des 11% de Français qui déclarent boire de l’alcool tous les jours. En revanche, dans cette région, les niveaux d’ivresse y seraient les plus élevés de France : 28% des Bretons ont connu une ivresse (au moins 6 verres en une occasion au moins une fois par mois) dans l’année et plus inquiétant encore 15% d’entre eux déclarent avoir connu trois épisodes de ce type, soit près du double de la moyenne nationale.


Par ailleurs, la Bretagne ne consomme pas plus de bière, d’alcool fort ni de vin de manière hebdomadaire que dans le reste de l’hexagone. Même constat du côté du tabagisme, la proportion de fumeurs réguliers n’y est pas significativement plus importante que la moyenne nationale. En revanche s’il y a un point sur lequel la Bretagne se distingue, c’est en matière de consommation de drogues illicites. Les bretons de 15 à 64 ans serait 36% à avoir déjà expérimenté le cannabis contre 32% au niveau national. Pour les autres drogues le constat est aussi inquiétant. 7% déclarent avoir déjà consommé des poppers, 5% des champignons hallucinogènes et 5% également de la cocaïne et de l’ecstasy.

 

En Ile-de-France, peu d’alcool mais beaucoup de cannabis

Selon cet atlas 2010 des usages de substances psychoactives en France, les Franciliens seraient parmi les Français qui boivent le moins d’alcool au quotidien et chez qui les ivresses dans l’année sont les moins fréquentes (17%). La bière y est moins souvent consommée de façon hebdomadaire que dans d’autres régions, 15% des Franciliens déclarent en boire toutes les semaines contre 19% au niveau national.

Du point de vue du tabac, contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, l’Ile de France compte un peu moins de fumeurs réguliers que la moyenne, 27% contre 29%. De plus, même si la consommation de chicha est faible en France, c’est dans cette région que l’on trouve le plus de consommateurs, avec 4% des Franciliens concernés. Cependant, à l’inverse de ce qui est observé par l’Inpes pour l’alcool et la cigarette, l’Ile de France est l’une des régions où le cannabis à le plus souvent été expérimenté (35%). L’expérimentation des autres drogues illicites, notamment des poppers (6%) et de la cocaïne (4%) y apparaît également plus fréquente.

 

Languedoc-Roussillon, tous les clignotants au rouge

Pour chaque pratique addictive analysée dans le Baromètre santé de l’Inpes, le Languedoc-Roussillon affiche des taux de consommation supérieurs à la moyenne française. Ainsi, l’usage d’alcool, du tabac, l’expérimentation du cannabis et de cocaïne apparaissent plus fréquents aussi bien pour les jeunes que pour la population générale. C’est également dans cette région que l’Inpes dénombre le plus grand nombre de consommateurs de tabac avec 35% de la population concerné, contre 29% pour la France entière. En ce qui concerne le cannabis, la région arrive également en tête de ce classement régional, aussi bien sur le critère de la simple expérimentation que ce soit pour l’usage actuel. Enfin, pour l’alcool, c’est aussi en Languedoc Roussillon que l’on dénombre le plus de buveurs quotidien et les plus niveaux d’ivresse les plus élevés.

 

Pour retrouver l’intégralité des résultats région par région, consulter l’Atlas des usages des substances psychoactives 2010 en France sur le site de l’Inpes : http://www.inpes.sante.fr

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité