• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Grossesse

Cancer de l'endomètre : avoir plus de bébés réduit le risque des femmes

Une étude australienne a révélé qu'avoir eu plus de grossesses au cours de sa vie réduit le risque de cancer de l'endomètre chez la femme.

Cancer de l'endomètre : avoir plus de bébés réduit le risque des femmes Kostikova/iStock




L'ESSENTIEL
  • Le cancer de l'endomètre est la 4ème cause de cancer chez la femme en France, selon l’Institut national du cancer.
  • Plus de 8.000 nouveaux cas sont déclarés chaque année selon les estimations.
  • Il touche généralement les femmes après la ménopause ; l'âge moyen au moment du diagnostic est de 68 ans.

Une équipe de chercheurs de l'Institute for Molecular Bioscience de l’université du Queensland (UQ) en Australie a étudié les facteurs de risque du cancer de l'endomètre à l'aide d'analyses génétiques et a découvert qu'avoir trois bébés pouvait réduire le risque d'une femme de 50 % par à rapport à celles qui n’en avaient aucun. Les résultats ont été publiés dans la revue BMC Medicine.

"Nous avons constaté que plus une femme passait de temps enceinte ou sous pilule contraceptive - donc lorsque le corps est exposé à moins d'œstrogènes - plus le risque était moindre de développer un cancer de l'endomètre", a déclaré la Dr Gunn-Helen Moen, principale auteure de l’étude, dans un communiqué.

Cancer de l'endomètre : trop d'œstrogènes augmente les risques 

Dans leur analyse génétique, les chercheurs de l'UQ ont examiné le nombre d'années d'ovulation des femmes. Les chercheurs ont trouvé des preuves suggérant que la réduction des années d'ovulation pourrait réduire le risque de cancer de l'endomètre, mais les liens les plus forts pointaient vers la naissance d'un enfant.

"On pense que des niveaux élevés d'œstrogène, sans opposition à la progestérone, sont un facteur de risque de développer un cancer de l'endomètre", explique la Dr Moen. "La grossesse et la pilule contraceptive fournissent toutes deux de la progestérone pour s'opposer aux œstrogènes, et cela pourrait expliquer pourquoi nous constatons un effet protecteur contre ce cancer", ajoute-t-elle. Pour résumer : plus l'exposition aux œstrogènes est courte au cours de la vie, plus le risque de développer un cancer de l'endomètre est faible.

Afin de rendre plus pertinents les résultats, les chercheurs ont séparé certains facteurs de risque connus du cancer de l'endomètre, tels que l'augmentation de l'indice de masse corporelle (IMC) et l'âge à la première menstruation et à la ménopause, et ont examiné spécifiquement l'effet du nombre de naissances vivantes et d'années d'ovulation.

L'obésité, un facteur de risque important du cancer de l'endomètre

"À cause de l'obésité, des niveaux élevés d'œstrogènes sont produits dans les tissus adipeux, ce qui en fait un facteur de risque de cancer de l'endomètre", a déclaré la Dr Moen. Les cas de cancer de l'endomètre augmentent dans le monde et la spécialiste a souligné que cela pourrait être dû à l'augmentation des niveaux d'IMC, qui représentent environ 40 % des cas de cancer de l'endomètre dans les pays développés.

L'endomètre est le revêtement intérieur de la paroi du corps de l'utérus, la partie de l'utérus où se déroule la grossesse. "Un cancer se développe lorsqu'une des cellules de l'endomètre initialement normale se transforme puis se multiplie de façon anarchique jusqu'à former un amas de cellules anormales appelée tumeur", explique l’Institut national du cancer. En plus de l’obésité, le cancer de l'endomètre est associé à plusieurs facteurs de risque dont le diabète, un traitement par tamoxifène ou, plus rarement, une prédisposition génétique.

Selon l'équipe de chercheurs de l’UQ, les recherches sur le sujet doivent être poursuivies dans le futur : "L'analyse de plus grands ensembles de données pourrait nous aider à comprendre plus clairement si ce sont les effets hormonaux ou mécaniques de la grossesse qui donnent un effet plus protecteur, ainsi qu'à approfondir l'effet de l'utilisation de la pilule contraceptive orale."

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES