• CONTACT

QUESTION D'ACTU

États-Unis

Bizutage : les rituels n'aident pas vraiment les étudiants à créer des liens entre eux

Le bizutage et les rites d'initiation ne participent pas à renforcer le lien social entre les membres des groupes d'étudiants. C'est ce qu’ont observé des chercheurs dans les fraternités étudiantes aux États-Unis.

Bizutage : les rituels n'aident pas vraiment les étudiants à créer des liens entre eux LightFieldStudios/iStock


  • Publié le 12.09.2022 à 17h10
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En France, le bizutage est défini comme "le fait pour une personne, d'amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations, ou de réunions liées aux milieux scolaires et socio-éducatifs".
  • Il est puni par la loi. La peine est de six mois de prison et 7 500 euros d'amende. Cette interdiction s'applique également "en cas de consentement de la personne".
  • Les peines sont doublées lorsqu'ils affectent une personne fragile physiquement et mentalement.

Aux États-Unis, les fraternités et les sororités permettent aux jeunes étudiants et étudiantes de première année d'intégrer un réseau de connaissances étendu. Rassemblés autour d'un socle de valeurs communes, généralement la solidarité, l’entraide, l’engagement, ils sont pourtant parfois entachés de scandales, notamment à propos de bizutages qui tournent au drame. 

Le vrai créateur de lien, c'est l'amusement

Ces rituels d’initiations peuvent aller de diverses corvées ludiques à la privation de sommeil ou aux humiliations et passent souvent par la consommation extrême d'alcool. Alors qu’on a longtemps supposé qu'ils engendraient une solidarité entre les membres en prouvant leur dévotion pour le groupe, ils ne sont peut-être pas le meilleur ciment social, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Evolution and Human Behavior.

Les chercheurs de la Kent State University ont eu un accès sans filtre à six groupes d’étudiants ayant participé à un processus d'intégration à une fraternité durant 10 semaines. Ils rapportent que le bizutage n'a pas renforcé la solidarité de groupe, notamment quand il prend la forme de violence mentale ou physique. Selon eux, les rituels extrêmes de bizutage sont avant tout efficaces pour mettre de côté les bizuts les moins engagés. Cependant, ils ne parviennent pas pour autant à faire en sorte que les bizuts qui restent se sentent solidaires du groupe. C'est "l'amusement" qui semble créer le réel rapprochement entre les membres de la fraternité.

Mener des recherches supplémentaires

Les auteurs de l'étude soulignent que la recherche sur le sujet de la solidarité au sein des groupes étudiants doit être approfondie et que différents angles doivent être testés. Cependant, ils remarquent que les leaders des fraternités devraient envisager de remplacer les activités de bizutage potentiellement nocives par des événements socialisants plus "amusants".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES