Publicité

QUESTION D'ACTU

Service de l'Assurance maladie

Les sages-femmes améliorent le suivi post-natal

Prado, le service d'accompagnement du retour à domicile des femmes après leur accouchement, satisfait les jeunes mères et améliore le suivi post-natal, selon le bilan de l'Assurance maladie.   

 Les sages-femmes améliorent le suivi post-natal

  • Publié 22.10.2013 à 19h32
  • |
  • |
  • |
  • |


Prado est un service d’accompagnement des jeunes mères après leur sortie de la maternité. Ce 22 octobre, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) a rendu un premier bilan de son programme, mis en place en 2010.

 

100% de satisfaction

Prado gère le suivi post-natal. Il propose aux femmes accouchant par voie basse, sans complications, d'un enfant unique et dont l'état de santé ne nécessite pas le maintien en milieu hospitalier, différents services à domicile comme les visites de sage-femme ou la rééducation post-natale. Le programme satisfait l’ensemble des participantes au programme : 91% s’en disent « très satisfaites » et 9% « plutôt satisfaites. » Un succès qui attire 79% des femmes éligibles, soit 120 000 depuis 2010.

 

Ecoutez Mathilde Lignot-Leloup, présidente déléguée à la Gestion et à l’Organisation des soins de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie : « L'objectif est d'accompagner les jeunes mamans à la sortie de l'hôpital parce qu'on observe que la durée du séjour en maternité se réduit. »

 

Un meilleur suivi médical

Les bénéficiaires du programme Prado sont en général mieux suivies que les autres. La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande deux visites de sages-femmes dans les 12 jours après un accouchement. Ces visites permettent de donner des conseils aux jeunes mères concernant l’allaitement, le bain et tous les gestes de la vie quotidienne impliquant le nouveau-né. Les jeunes mères bénéficiant du service Prado suivent les recommandations alors que les autres parturientes effectuent en moyenne 0,5 visite. Même constat pour la rééducation du périnée : 60% des participantes en bénéficient contre une femme sur deux en moyenne. Concernant le suivi de la mère et de l’enfant, le service Prado n’introduit pas de réelle différence. Par exemple, les consultations gynécologiques sont équivalentes en nombre. Le nombre de jours passés à la maternité de varie pas non plus de façon flagrante.

Ce bilan répond en partie aux questions des gynécologues-obstétriciens qui, il y a un an, réclamaient une évalutation médicale du programme Prado, qui dépassait la seule mesure du taux de satisfaction des femmes. A l'époque, ces spécialistes considéraient que« le déploiement de ce programme, mal coordonné, se poursuit alors que l'ensemble des pouvoirs publics et des professionnels de santé s'inquiète des indicateurs particulièrement préoccupants de santé périnatale, maternelle et infantile, en France, comparée aux autres pays d'Europe. »

 

En juillet 2013, deux parturientes sur dix, tous modes d’accouchement confondus, ont bénéficié du service Prado. Pour les accouchements par voie basse, trois femmes sur dix ont en profité. Le service est proposé par 328 établissements en France et couvre 60% des accouchements sur le territoire. Le profil type de la bénéficiaire est celui d’une femme de 30 ans qui accouche de son premier enfant.

 

Deux autres programmes Prado

Avant la création du service de l'assurance maladie, une femme sur six se disait « désemparée ou angoissée » lors de son retour à la maison. Plus d’un tiers estimait aussi qu’elle avait passé trop de temps à la maternité. Grâce au service Prado, les femmes se disent moins fatiguées. La prise en compte de leur cadre de vie par les sages-femmes participe aussi à ce bien-être. 

 

Le succès du volet « maternité » a encouragé la CPAM à développer deux autres services similaires : « orthopédie » et « insuffisance cardiaque. » Ces deux programmes devraient offrir un meilleur suivi postopératoire et aider au développement de la chirurgie ambulatoire. Le volet insuffisance cardiaque pourrait avoir un rôle clé, puisqu’il proposera un suivi pendant six mois, la période où les risques de complications sont les plus élevés. Un bilan est encore nécessaire, puisque seuls cent patients en ont bénéficié.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité