• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Hommes à risque

Variole du singe : l'OMS recommande de réduire le nombre de partenaires sexuels

Dans le contexte de l'urgence mondiale, l'OMS a conseillé aux hommes susceptibles de contracter la variole du singe de réduire le nombre de leurs partenaires sexuels "pour le moment".

Variole du singe : l'OMS recommande de réduire le nombre de partenaires sexuels monkeybusinessimages/iStock


  • Publié le 28.07.2022 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Plus de 19.000 cas de variole du singe ont été signalés dans plus de 75 pays.
  • L’Europe est l’épicentre des cas détectés.
  • Le 23 juillet, l’OMS a déclenché son plus haut niveau d’alerte pour tenter de juguler la maladie.

Alors que 98 % des cas de variole du singe détectés depuis l'apparition des flambées en mai concernaient des homosexuels, des bisexuels et d'autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé les personnes à risque à prendre des mesures pour se protéger.

"Des choix sûrs"

"Cela signifie faire des choix sûrs pour soi-même et pour les autres, pour les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes", a déclaré le directeur général de l'autorité sanitaire. "Cela inclut, pour l'instant, la réduction du nombre de partenaires sexuels". De plus, les personnes infectées doivent s'isoler et éviter les rassemblements impliquant un contact physique étroit et il est conseillé d’obtenir les coordonnées de tout nouveau partenaire sexuel au cas où un suivi ultérieur serait nécessaire, a-t-il ajouté.

Des messages de prévention

Ces messages de prévention proviennent "des communautés elles-mêmes", a déclaré Andy Seale, conseiller de l'OMS pour le VIH, l'hépatite et les infections sexuellement transmissibles. Il insiste aussi sur la nécessité d'éviter toute stigmatisation d'une communauté précise, qui pourrait amener ses membres à cacher la maladie, ne pas se faire soigner et continuer à la répandre. Il a ajouté qu'il ne s'agissait probablement que d'un "message à court terme, car nous espérons que l'épidémie sera de courte durée".

Une transmission durant les rapports sexuels

Les experts ont déterminé que l'épidémie de monkeypox était "clairement transmise lors de rapports sexuels", mais Andy Seale a ajouté qu'ils n'avaient pas encore conclu s'il s'agissait ou non d'une infection sexuellement transmissible. L'un des principaux modes d'exposition à cette maladie particulière est le contact direct, le contact étroit, le contact peau à peau, peut-être même le contact face à face, l'exposition aux gouttelettes ou au virus qui peuvent se trouver dans la bouche.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES