• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Monkeypox

Variole du singe : l’OMS craint que la maladie s'implante dans les pays non endémiques

Alors que mille cas de variole du singe sont confirmés dans le monde, le directeur général de l'organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus encourage les pays à augmenter leurs mesures de surveillance sanitaire pour arriver "à identifier tous les cas et les cas contacts pour contrôler cette flambée et prévenir la contagion".

Variole du singe : l’OMS craint que la maladie s'implante dans les pays non endémiques Marina Demidiuk


  • Publié le 09.06.2022 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’OMS avertit que le risque que la variole du singe s'installe dans les pays non endémiques est réel.
  • "L'apparition soudaine et inattendue" de virus dans ces pays suggère qu'il circulait depuis un certain temps déjà, mais que sa transmission n'était pas détectée, selon l’OMS.

Le risque est "réel" mais le scénario d’une épidémie en dehors de l’Afrique, où le virus circule et tue depuis des décennies, peut être évité : c’est ce qu’a déclaré l’OMS à propos de l’apparition soudaine et inattendue de la variole du singe dans 29 pays, principalement en Europe.

Zoonose

Cette zoonose, maladie transmissible entre l’homme et l’animal, est endémique dans neuf pays africains, mais des flambées ont été signalées le mois dernier dans plusieurs autres États, principalement en Europe et notamment en Grande-Bretagne, en Espagne et au Portugal.

Mercredi, la Grèce est devenue le dernier pays à confirmer son premier cas de la maladie, les autorités sanitaires ayant déclaré qu'il s'agissait d'un homme qui avait récemment voyagé au Portugal et qui se trouvait à l'hôpital dans un état stable.

Premiers symptômes

Les premiers symptômes de la variole du singe sont une forte fièvre, un gonflement des ganglions lymphatiques et une éruption cutanée vésiculeuse ressemblant à celle de la varicelle.

Alors que le virus a provoqué la mort de 66 personnes en Afrique depuis le début de l’année, jusqu'à présent, aucun décès n'est à déplorer dans les pays non endémiques. Les cas ont été signalés principalement, mais pas uniquement, chez des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes mais le virus représente un risque pour les groupes vulnérables, notamment les femmes enceintes et les enfants, ce qui préoccupe l'OMS. "Certains pays commencent maintenant à signaler des cas de transmission communautaire apparente, y compris certains cas chez des femmes", a déclaré M.Tedros.

Renforcer la surveillance sanitaire

Face à cette situation, l'OMS publiera dans les prochains jours des recommandations sur les soins cliniques, la prévention et la lutte contre l'infection, la vaccination et la protection des communautés.

En attendant, le directeur général de l'organisation encourage les pays à renforcer la surveillance sanitaire et les personnes présentant des symptômes doivent s'isoler chez elles et consulter un professionnel de santé, tandis que les personnes d'un même foyer doivent éviter tout contact étroit.

L’OMS ne recommande pas la vaccination de masse contre le virus mais a ajouté que la vaccination post-exposition, idéalement dans les quatre jours, pourrait être envisagée pour les contacts étroits à haut risque, tels que les partenaires sexuels ou les membres du foyer.

Sylvie Briand, directrice de la préparation et de la prévention des épidémies et des pandémies à l'OMS, a déclaré que le vaccin contre la variole pouvait être utilisé contre le virus du singe. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES