• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Tests

Virus Epstein Barr : un vaccin en essai clinique

Un nouveau vaccin contre le virus Epstein-Barr, qui peut être à l'origine de très graves maladies, va être testé. 

Virus Epstein Barr : un vaccin en essai clinique :stefanamer / istock.


  • Publié le 09.05.2022 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Epstein-Barr appartient à la famille des virus de l'herpès.
  • Il se transmet par les fluides corporels, principalement la salive.

Le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) vient de lancer un essai clinique pour tenter de mettre au point un nouveau vaccin préventif contre le virus d'Epstein-Barr.

40 personnes testées

L'essai, qui devrait durer 4 ans, portera sur 40 adultes en bonne santé âgés de 18 à 29 ans, dont la moitié aura été infectée préalablement par le virus d'Epstein-Barr. Tous les participants recevront une série de trois injections de 50 microgrammes du vaccin expérimental dans le bras, suivies de 30 à 60 minutes d'observation. Les deuxième et troisième doses seront administrées 30 jours et 180 jours après l’injection initiale, et les patients seront régulièrement suivis de visu et par téléphone.

Ce nouveau vaccin expérimental agit notamment en ciblant la glycoprotéine "gp350", qui se trouve à la surface des cellules infectées par le virus d'Epstein-Barr. Ce dernier est extrêmement répandu et peut rester latent plusieurs années dans l’organisme.

Mononucléose et cancer

Chez l’adolescent et l’adulte, Epstein-Barr peut entre autres déclencher des hépatites, des mononucléoses infectieuses et des tumeurs lymphoïdes ou épithéliales. "Le système immunitaire contrôle généralement ce phénomène, mais sous l’influence de divers facteurs, notamment une immunodépression chez les personnes infectées par le VIH ou qui ont reçu une greffe, Epstein-Barr peut provoquer le développement de cancers", détaillent des chercheurs de l’Inserm.

"Notre nouveau vaccin pourrait prévenir ou réduire la gravité de l'infection par le virus d'Epstein-Barr, et ainsi diminuer l'incidence de la mononucléose infectieuse, des tumeurs malignes et des maladies auto-immunes", conclut donc le directeur du NIAID, le Dr Anthony S. Fauci.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES