• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Une enquête de la DRESS

En France, baisse des naissances et hausse de la mortalité périnatale

Le taux de mortinatalité hospitalière atteint 8,9 pour 1000 enfants nés, retrouvant le niveau des années antérieures (entre 8,8 et 8,9 pour 1000 de 2014 à 2018). 

En France, baisse des naissances et hausse de la mortalité périnatale Soren_Jessen/istock

  • Publié le 27.04.2022 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La périnatalité désigne la période qui précède et qui suit une naissance.
  • La mortinatalité correspond aux enfants morts-nés ou aux décès après six mois de grossesse.
  • Les interruptions médicales de grossesse sont réalisées lorsque la santé de la mère ou de son bébé est menacée.

Quel est l’état de santé des mères et de leurs bébés en France ? C’est la question à laquelle tente de répondre l’enquête sur les indicateurs de santé périnatale publiée mercredi 27 avril par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DRESS). À partir de l’analyse des données recueillies dans les hôpitaux en 2020, elle actualise les indicateurs sur la santé périnatale. 

Des naissances moins nombreuses

Le premier constat est celui d’une baisse du nombre de naissances en France. En 2019, 715 485 naissances ont eu lieu en France métropolitaine contre 698 895 un an plus tard. Ces chiffres ne comprennent pas les accouchements à domicile, non-suivi d’une hospitalisation immédiate. La même baisse est observée dans les DROM, où il y a eu 37 972 naissances en 2020, soit 1052 de moins que l'année précédente. Au total, en 2020, 736 867 enfants sont nés sur l’ensemble du territoire. 

Une hausse du taux de mortinatalité

Pour la France entière, le taux de mortinatalité hospitalière s’élève à 8,9 pour 1000 enfants nés, retrouvant le niveau des années antérieures (entre 8,8 et 8,9 pour 1000 de 2014 à 2018), après une baisse ponctuelle en 2019, où il s’établissait à 8,5. Ce taux n’est pas le même sur tout le territoire : il varie entre varie entre 7,5 et 9,4 pour 1000 pour la France métropolitaine. Il est plus élevé dans les DROM, où il est d’environ 14,5 pour 1000, hormis à la Réunion où il est proche des taux métropolitains (9,3 pour 1000). La mortinatalité est davantage induite, c’est-à-dire liée à une interruption médicale de grossesse, que spontanée : dans le premier cas, son taux de 5,4 pour 1000, contre 3,5 pour 1000 dans le second. "Le risque de mortinatalité spontanée est plus important aux âges extrêmes de la mère et est trois fois plus élevé dans le cas d’une grossesse multiple", précise la DRESS. 

L’âge des mères diminue en France métropolitaine : en 2016, 5,1% des mères avaient plus de 40 ans, contre 4,8% en 2020. Dans les DROM, le taux s’élève à 5,4% en 2020. En revanche, dans les départements et régions d’Outre-mer, la part des mères jeunes, soit âgées de moins de 20 ans, augmente significativement : elle était de 8,1% en 2020, contre 6% en 2016. Dans les territoires métropolitains, elle a diminué de 0,3 point sur la période. 

Une baisse de la prématurité 

En 2020, la prématurité s’établissait à 6,6 % en métropole et 9,5% dans les départements et régions d’Outre-mer, soit des baisses respectives de 0,3 et 0,5 point, par rapport à l'année précédente. Le rapport de la DRESS précise que quel que soit la zone géographique, la prématurité concerne particulièrement les grossesses multiples : dans un cas sur deux, elles débouchent sur un accouchement prématuré. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES