• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychologie

Après la guerre, ce sont les réservistes qui ont le plus de risques de tomber dans l'alcoolisme

Les réservistes qui ont été au front auraient plus de risque de devenir alcooliques dans l’année qui suit le retour chez eux que les militaires de profession.

Après la guerre, ce sont les réservistes qui ont le plus de risques de tomber dans l'alcoolisme gorodenkoff/istock

  • Publié le 13.03.2022 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Selon les recommandations de Santé Publique France, il faudrait consommer au maximum deux verres d’alcool par jour, pas tous les jours et, au plus, 10 verres par semaine.
  • La consommation d’alcool serait responsable de plus de 200 maladies et atteintes diverses en France chaque année.

Selon une étude récemment publiée dans la revue Journal of Studies on Alcohol and Drugs, les réservistes auraient davantage de risque de devenir alcoolique dans l’année qui suit leur retour à domicile, comparativement aux autres membres de l’armée. Les chercheurs évoquent deux principales raisons à ce phénomène. 

Une sensation de vide compensée par l’alcool

Tout d’abord, le retour à domicile est assez violent pour ces personnes qui ne sont pas des militaires de profession car ils passent d’un environnement dangereux, inhabituel et où ils sont très sollicités à un univers beaucoup plus calme. Cela peut être vécu comme un choc, une sensation de vide à laquelle ils ne sont pas entraînés psychologiquement. L’autre raison invoquée par les chercheurs est qu’avoir vécu la guerre est un traumatisme en soi qui peut hanter ces personnes… Et boire de l’alcool permet parfois d’apaiser et de diminuer ces émotions négatives.

Stimulation du système endorphinique

La raison est simple : l’alcool stimule le système endorphinique. De manière générale, lorsque l’individu a une douleur ou ressent du stress, le système endorphinique sécrète des endorphines qui lui procurent une sensation de bien-être et de détente. En quelque sorte, les endorphines diminuent les effets négatifs de la douleur ou du stress sur notre corps. Cet effet est le même avec les problèmes psychologiques que rencontrent les soldats. Et l’alcool les apaisent.

Questionnaires déclaratifs

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont analysé les réponses à des questionnaires de plus de 4500 soldats de la Garde nationale américaine de retour d’Irak en 2010. Dedans, y sont bien sûr demandés des données relatives à la consommation d’alcool et de stupéfiants, mais aussi des informations psychologiques. Ensuite, les scientifiques les ont comparées avec celles de militaires de carrière et d’anciens travaux menés sur la Garde nationale. 

Plus d'alcoolisme chez les réservistes au front

Résultat : les réservistes qui étaient au front avaient un taux de forte consommation d'alcool lors de leur retour à domicile plus élevé (29,9%) comparativement à ceux qui n’avaient pas été déployés sur ce terrain de guerre (24,1%) ou aux militaires de carrière. Enfin, d’après les scientifiques, ce risque était plus élevé tout au long de l’année qui suivait le retour à domicile. Ils plaident donc pour que ces réservistes aient une meilleure formation avant d’aller sur le terrain mais aussi un meilleur suivi psychologique lors de leur retour.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES