• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Drogue

GBL : comment lutter contre ce dérivé du GHB ?

Le GHB, surnommé "la drogue du violeur", a été remplacé par le GBL. Ces produits utilisés par les agresseurs sexuels, qui ont des effets identiques, ne sont pas sans risques pour la santé. Pour éviter d’ingérer ces molécules de soumission chimique, des étudiantes nantaises ont mis au point une paille qui changerait de couleur à leur contact.

GBL : comment lutter contre ce dérivé du GHB ? ViewApart/iStock


  • Publié le 11.02.2022 à 13h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La gamma-butyrolactone (GBL), est agent de soumission chimique, qui se transforme en GHB une fois ingérée. Consommée à fortes doses, cette molécule provoque des nausées, des vertiges ou une somnolence.
  • La GBL est inscrite sur la liste des produits surveillés car ce solvant industriel est détourné de son usage principal pour droguer des personnes à leur insu.
  • Pour protéger son verre des personnes malintentionnées et éviter d’ingérer ces drogues, il est possible d’avoir recours à une paille, dont l’arceau change de couleur au contact de la GBL ou du GHB.

Sommeil profond, vertiges, inconscience, euphorie, nausées… Ces différentes réactions sont les effets de la gamma-butyrolactone (GBL), inscrite sur la liste des produits surveillés. Cette molécule a remplacé la gamma-hydroxybutyrate (GHB), un anesthésiant plus communément appelé "la drogue du violeur", qui a des effets similaires. "La substitution du GHB par le GBL s’explique par son faible coût et sa facilité d’accès, malgré l’interdiction par l’État de sa cession et de sa vente au grand public en 2011, à la suite de cas d’hospitalisations occasionnés par des ingestions de GBL", peut-on lire dans un rapport de l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (Ofdt).

Qu’est-ce que la GBL ?

Selon le gouvernement, la GBL est un liquide visqueux, toxique et incolore très acide, qui est utilisé tel quel ou mélangé à d’autres produits chimiques (solvants, décapants…). Il s’agit d’un précurseur chimique du GHB, c’est-à-dire qu’une fois ingéré, le GBL est métabolisé en GHB par l’organisme. "En revanche, du fait d’une absorption (c’est-à-dire d’un passage dans le sang) plus rapide, les effets apparaissent plus promptement que ceux du GHB (15 à 20 mn) et durent un peu moins longtemps (1 à 2 heures environ)", précise l’Ofdt.

Une paille, la parade pour ne pas ingérer du GLB et du GHD

Tout comme le GHB, la GBL est devenue une arme pour les personnes malintentionnées, notamment les agresseurs sexuels, qui le glissent dans les verres de leurs victimes afin qu’elles l’ingèrent. Ces dernières semaines, de nombreuses femmes ont confié avoir été droguées avec ces molécules de soumission chimiques à leur insu durant des soirées dans des bars. Leurs témoignages se sont multipliés sous l’hashtag #BalanceTonBar, lancé en Belgique.

Pour réduire le risque de contamination involontaire de la GBL et du GHB, un groupe d’étudiantes nantaises ont imaginé une paille anti-drogue. Elles ont expliqué à BFMTV, que l’accumulation des témoignages leur ont donné l’idée de ce projet. La paille en acier inoxydable, qui permet "de pouvoir aller en soirée l'esprit tranquille", détecte la présence des drogues grâce à un arceau jaune clair qui deviendrait vert foncé au contact de ces produits. "On voulait faire quelque chose de simple : un objet pas contraignant, discret, facilement transportable pour qu'il soit massivement utilisé", ont-elles déclaré.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES