• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Tribunal

Opération : un chirurgien radié pour avoir gravé ses initiales sur le foie de ses patients

En 2013, un chirurgien britannique avait gravé ses initiales sur les organes de certains de ses patients. Huit ans après, il a été radié des registres médicaux du Royaume-Uni.

Opération : un chirurgien radié pour avoir gravé ses initiales sur le foie de ses patients Inside Creative House/istock


  • Publié le 15.01.2022 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Un chirurgien de 57 ans a été radié des registres médicaux du Royaume-Uni pour avoir gravé ses initiales sur le foie de patients.
  • Cette sanction a été prononcée huit ans après les faits.

Il aura fallu huit ans pour que Simon Bramhall, un chirurgien britannique, soit radié des registres médicaux du Royaume-Uni. Ce spécialiste des transplantations a été reconnu coupable pour des faits datant de 2013. À l’époque, il avait gravé ses initiales "SB" sur les foies de deux patients durant des opérations réalisées à l'hôpital Queen Elizabeth de Birmingham, en Angleterre, selon le site The Guardian

Une gravure réalisée avec un faisceau d’argon

L’accusé a justifié ses actes en assurant qu’ils lui permettaient d’évacuer la pression au cours d’opérations difficiles, ici la transplantation d’un foie dans le corps d’un patient. L’objet lui ayant permis de graver ses initiales est un faisceau d’argon. Habituellement, cet outil est utilisé par les chirurgiens pour cicatriser ou pour dévitaliser des minuscules zones des organes. 

La supercherie a été découverte par un autre chirurgien. En 2013, ce professionnel de santé prend en charge l’un des patients victimes de Simon Bramhall. Lors des examens du foie, il découvre les initiales de son collègue. Il est difficile de passer à côté car cette signature mesure quatre centimètres. Scandalisé, il décide de prévenir les autorités médicales compétentes. 

Le chirurgien définitivement suspendu en 2021

Dès 2014, Simon Bramhall est suspendu de l'hôpital Queen Elizabeth de Birmingham. Pour éviter le licenciement, il démissionne de cet établissement de santé mais retrouve rapidement du travail ailleurs. Ce n’est qu’en 2020 qu’il est finalement interdit d’exercer. Il parvient tout de même à être réintégré dans un hôpital mais est suspendu définitivement en 2021. Dans sa décision, le Tribunal a conclu qu'une ordonnance de suspension serait "insuffisante pour protéger l'intérêt public au sens large" et a déclaré que la radiation du registre médical était une "sanction appropriée et proportionnée"

"L'agression physique de deux patients vulnérables, alors qu'ils étaient inconscients dans un cadre clinique, dont l'un qui a subi un préjudice émotionnel important et durable, entache gravement la confiance des patients et du public à l’égard des médecins et discrédite inévitablement l’ensemble de cette profession", a estimé le Tribunal.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES