• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Variant Omicron

Quand le pic hospitalier est-il attendu ? Les scénarios de l’Institut Pasteur

Un pic des admissions à l’hôpital, causées par le variant Omicron, pourrait avoir lieu "fin janvier-courant février". Cette hypothèse a été mise en avant par l’Institut Pasteur dans de nouvelles modélisations.

Quand le pic hospitalier est-il attendu ? Les scénarios de l’Institut Pasteur Kiwis/iStock

  • Publié le 12.01.2022 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Entre le 27 décembre et le 2 janvier, 74 % des tests criblés montraient un profil compatible avec le variant Omicron.
  • Le pic des contaminations serait attendu mi-janvier et celui des hospitalisations pourrait avoir lieu "fin janvier-courant février".

En France, les contaminations continuent d’augmenter à cause du variant Omicron, qui circule activement sur le territoire. Selon le point épidémiologique de Santé publique France publié le 6 janvier, "le nombre de nouvelles hospitalisations a augmenté alors que les admissions en soins critiques sont restées stables". Les données ont indiqué qu’au 4 janvier 20.252 patients étaient admis à l’hôpital pour une infection à la Covid-19, dont 3.678 en soins critiques. Une question se pose alors : le pic hospitalier sera-t-il bientôt atteint dans l’Hexagone ? L’Institut Pasteur a répondu à cette interrogation dans de nouvelles projections épidémiologiques finalisées le 7 janvier et publiées ce 12 janvier.

Un pic hospitalier "fin janvier-courant février"

Les chercheurs de la fondation ont dévoilé des scénarios, construits à partir de modèles mathématiques, pour le pic hospitalier. "Dans tous les scénarios, le pic des admissions à l’hôpital est attendu dans la deuxième moitié de janvier, avec un impact maximal sur l’occupation des lits fin janvier-courant février. Le pic des infections est attendu mi-janvier", ont-ils écrit dans l’étude.

Selon les scientifiques, le scénario le plus probable est que le variant Omicron soit caractérisé par une transmissibilité haute mais une sévérité basse, à savoir une réduction de 77 % de la probabilité d’hospitalisation lorsqu’on est infecté par rapport à Delta. Dans ce cas, le pic d’hospitalisations pourrait atteindre 5.200 admissions à l’hôpital par jour.

"Avec une réduction de 10 % des taux de transmission à compter du 3 janvier, les besoins de lits d’hospitalisation pourraient passer de 23.000 lits pour une durée moyenne de séjour de 6 jours pour les patients atteints du variant Omicron à 18.000 et 15.000 lits si l’on réussissait à réduire cette durée à 4 et 3 jours, respectivement". Ce scénario a été imaginé par les chercheurs "sous des hypothèses optimistes concernant l’efficacité vaccinale".

D’après le pire des scénarios, où les hypothèses concernant l’efficacité vaccinale sont pessimistes, il faudrait au pic 43.000, 32.000 et 22.000 lits d’hospitalisations et 7.800, 6.000 et 4.400 lits de soins critiques.

Des données incomplètes et des hypothèses incertaines

Les scientifiques ont précisé que les scénarios étaient faits sur la base de données incomplètes et d’hypothèses incertaines. "Des changements dans les hypothèses concernant la transmission et la sévérité d’Omicron peuvent impacter de façon importante les projections", ont-ils signalé. Les chercheurs ont ajouté que si les hypothèses émises ne se réalisaient pas, la dynamique observée pourrait être différente des scénarios.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES