• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Vaccination : le délai pour la dose de rappel réduit à 4 mois

Alors que la Haute Autorité de Santé a recommandé de réduire à trois mois le délai pour recevoir sa dose de rappel, le gouvernement a fixé à quatre mois l'intervalle à respecter depuis la dernière injection.

Vaccination : le délai pour la dose de rappel réduit à 4 mois dusanpetkovic/istock

  • Publié le 26.12.2021 à 11h35
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Ce 24 décembre, 104 611 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures.
  • À ce jour, plus de 49 millions de personnes sont entièrement vaccinées contre la Covid-19.

Plus de 21 millions. C'est le nombre de Français qui ont actuellement reçu une dose de rappel du vaccin contre la Covid-19, selon les derniers chiffres disponibles. Face à la cinquième vague de l’épidémie, le gouvernement a fixé un nouveau délai pour effectuer sa dose de rappel. Dès à présent, celle-ci doit être administrée à toutes les personnes de plus de 18 ans quatre mois après la dernière injection d'un vaccin à double dose (Pfizer, Moderna, Astrazeneca), contre cinq mois auparavant. "Dès aujourd’hui, les rappels sont désormais possible dès 4 mois après la dernière injection/infection", a indiqué sur Twitter Olivier Véran, ce 24 décembre.

La HAS recommande de réduire le délai à trois mois

Quelques heures avant la publication du ministre de la Santé, la Haute Autorité de Santé (HAS) avait publié un avis dans lequel elle émet deux recommandations pour lutter contre la hausse des contaminations et le variant Omicron."Ce nouveau variant du virus est beaucoup plus contagieux que le Delta et semble échapper partiellement aux vaccins", a signalé la HAS dans son communiqué. L'autorité sanitaire a préconisé un délai plus court, plus précisément de trois mois, entre la dernière injection et le rappel vaccinal. Le gouvernement doit prochainement examiner cet avis et a décidé, en attendant, de le raccourcir à quatre mois.

"Les premières données en vie réelle suggèrent en effet que les vaccins actuellement utilisés en France sont efficaces contre les formes symptomatiques non graves du variant Omicron à 80 % à 1-2 mois, mais perdent plus rapidement leur efficacité qu’avec les variants précédents : 34 % à 4 mois après une primovaccination avec le vaccin de Pfizer. Ces mêmes données montrent une remontée de l’efficacité vaccinale à 75 % deux semaines après une dose de rappel", a détaillé l'autorité sanitaire. 

Selon la HAS, une dose de rappel "très rapide – mais pas avant trois mois – (...) à la majorité de la population adulte (...) permettrait de réduire de 15 % la mortalité associée à la Covid-19 liée au variant Omicron". Elle a également expliqué que l’accélération de l’administration des doses de rappel (1,2 millions par jour contre 800 000) pourrait réduire le pic d’hospitalisations de 9 à 17 %. Pour parvenir à cette conclusion, l'autorité sanitaire s'est appuyée sur les modélisations de l’Institut Pasteur. 

Une dose de rappel dès trois mois pour les adolescents fragiles

Les personnes fragiles âgées de 12 à 17 ans pourraient aussi se voir administrer une dose de rappel plus rapidement. La HAS a recommandé aux adolescents souffrant d’immunodéficience ou d’une comorbidité à risque de forme grave de recevoir une dose de rappel trois mois après la primovaccination. Pour l’instant, l'autorité sanitaire ne s’est pas prononcée sur le rappel vaccinal pour les adolescents en bonne santé. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a également préconisé de raccourcir le délai entre la primovaccination et la dose de rappel à "au moins quatre mois".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES