• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Séries, films

Binge-watching : quel est le profil de ceux qui abusent des écrans ?

Passer trop de temps devant les écrans peut avoir des conséquences néfastes en conduisant à des habitudes alimentaires malsaines, à un comportement antisocial et à de mauvais résultats au travail ou à l'école.

Binge-watching : quel est le profil de ceux qui abusent des écrans ? AntonioGuillem/iStock

  • Publié le 24.11.2021 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Rester scotcher devant un écran peut entraîner une addiction semblable à celle des jeux en ligne.
  • Le manque de contrôle de leurs impulsions et de prévoyance sont deux prédicteurs significatifs d'une attitude de binge-watching problématique.
  • Des facteurs de motivation tels que vouloir se divertir ou éviter de s'ennuyer sont également des signes majeurs.

Il paraît loin le temps où le téléspectateur devait attendre chaque semaine pour découvrir un nouvel épisode de sa série préférée. Avec l’essor des plateformes de streaming, les séries sont directement accessibles par saison entière, lançant le phénomène du binge-watching qui consiste à tout regarder d’une traite. Ce modèle n’est pas sans conséquence sur la santé de ceux qui les regardent. Dans une nouvelle étude, parue le 10 novembre dans la revue Frontiers in Psychiatry, des chercheurs polonais de l’université Jagellon de Cracovie ont dressé le profil de ceux qui sont les plus à risque de rester scotcher devant leur écran, pouvant entraîner une addiction semblable à celle des jeux en ligne.

Tromper l’ennui

De nombreuses études précédentes ont suggéré qu’adopter un comportement de binge-watching peut conduire à des habitudes alimentaires malsaines, à un comportement antisocial et à de mauvais résultats au travail ou à l'école. Cela a incité les scientifiques de la présente recherche à comprendre quels facteurs peuvent conduire à un comportement de frénésie. Pour cela, ils ont interrogé un groupe de 645 personnes âgées de 18 à 30 ans qui ont admis avoir regardé au moins deux épisodes d'une émission télévisée en une seule séance. Les participants ont répondu à une série de questions qui mesuraient leur impulsivité, leur régulation émotionnelle et leurs motivations à diffuser rapidement une série.

Les résultats suggèrent que le manque de contrôle de leurs impulsions et de prévoyance sont deux prédicteurs significatifs d'une attitude de binge-watching problématique. En outre, des facteurs de motivation tels que vouloir se divertir ou éviter de s'ennuyer sont également des signes majeurs. “Je pense que le résultat le plus intéressant de l'étude est que les facteurs de motivation sont des prédicteurs plus forts d'une surveillance excessive de l'hyperactivité physique que les prédispositions personnelles, telles que l'impulsivité”, estime lanta Starosta, auteur principal de l’étude.

Échapper aux problèmes du quotidien

Les chercheurs ont également constaté que le manque de clarté émotionnelle et de motivation à se divertir s'est avéré être les prédicteurs les plus forts du nombre d'épisodes regardés au cours d'une session. Alors que la plupart des participants ont déclaré avoir visionné entre deux et cinq épisodes au cours d'une seule séance de binge-watching, près de 20 % du groupe ont répondu qu'ils regarderaient entre six et 20 épisodes en une seule séance. “Cela peut être lié au fait que les téléspectateurs problématiques de la frénésie se lancent dans des séries télévisées marathon, principalement parce qu'ils veulent échapper à leurs problèmes de la vie quotidienne et réguler leurs émotions, mais décident de continuer à regarder d'autres épisodes de séries télévisées pour des raisons plus divertissantes”, propose lanta Starosta.

Les chercheurs rejettent en partie la faute aux méthodes utilisées par les plateformes pour inciter les téléspectateurs à enchaîner les épisodes. “Quelques secondes pour décider si quelqu'un doit ou non continuer à regarder ne suffit pas pour prendre des décisions rationnelles et peut entraîner une perte de contrôle sur le temps passé à regarder des émissions de télévision, assure l’auteur principal. Cependant, certaines plateformes ont déjà apporté des modifications pour aider les téléspectateurs à contrôler leur comportement. Par exemple, Netflix a ajouté la possibilité de désactiver la lecture automatique d'un autre épisode.”

Ci-dessous, l'émission Questions aux Experts sur le thème : "Les enfants et les écrans, mode d'emploi" :

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES