• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Glycémie

Diabète : un venin d'escargot marin plus efficace que l'insuline ?

Le venin produit par le gastéropode marin C.geographus provoque un choc hypoglycémique. Ses propriétés pourraient en faire un traitement anti-diabétique à l'action plus rapide sue l'insuline.

Diabète : un venin d'escargot marin plus efficace que l'insuline ? Jon-Arnold/iStock

  • Publié le 22.11.2021 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le venin de C.geographus provoque un choc hypoglycémique qui paralyse ses proies
  • Il reoprésente une piste de nouveaux traitements à action rapide dans la prise en charge des diabétiques

Si les plongeurs doivent s'en méfier à cause de son venin toxique déjà responsable de plusieurs décès, l'escargot de mer dit "escargot conique" - connu des amateurs de faune sous-marine pour les motifs colorés de sa coquille- pourrait être un allié des diabétiques dans la recherche de nouveaux traitements contre cette maladie. Le venin de ce gastéropode destiné à paralyser leurs proies agit en effet en provoquant une réaction hypoglycémique  qui abaisse le taux de sucre dans le sang dans un délai beaucoup plus rapide que l'insuline ! C'est ce que viennent de démontrer des chercheurs de l'université du New Hampshire et qui communiquent sur leurs travaux à travers une étude publiée sur le site Proteins.

De nouveaux médicaments à action rapide

A partir des principes de ce venin, ils imaginent que celui-ci pourrait permettre le développement de nouveaux médicaments à action, rapide pour traiter les diabétiques. Contrairement à l'insuline produite par le corps humain, le venin de l'escargot conique a une séquence peptidique beaucoup plus courte. "Bien que d'autres études soient nécessaires, nos recherches montrent que le veni d'escargot conique pourrait être un substitut viable à l'insuline et nous espérons qu'il motivera la conception de nouveaux médicaments à action rapide", précise Biswajit Gorai, auteur principal de cette étude.

Des interactions de ce venin ont été comparées avec le récepteur de l'insuline humaine et montrent qu'il se lie encore mieux à ces récepteurs que l'hormone humaine. "Cela pourrait en faire une option favorable pour stabiliser la glycémie et un potentiel pour de nouvelles thérapies", soulignent les chercheurs.

Le venin libéré par ces escargots marins -leur nom scientifique est C. Geographus- peut être très dangereux et leur piqûre est une des plus toxiques. Des cas mortels ont déclarés en particulier chez des plongeurs qui ignoraient la capacité de ce coquillage à diffuser du venin.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES