• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychiatrie

Les mamans déprimées ont plus de risques d'avoir des ados atteints de tocs

Faire une dépression pendant ou après la grossesse peut avoir des conséquences à long terme sur les enfants, comme le développement de tocs à l'adolescence. 

Les mamans déprimées ont plus de risques d'avoir des ados atteints de tocs Prostock-Studio / istock.

  • Publié le 05.10.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Chaque année en France, environ 100 000 femmes tombent dans une dépression post-partum.
  • Seulement 5% des mères disent avoir été diagnostiquées par un spécialiste.

Les femmes qui souffrent de dépression anté et post-partum ont plus de risque de voir leur enfant développer des tocs à l’adolescence, selon une nouvelle étude du JAMA.

Un risque quatre fois plus élevé

 Notre objectif était "d’étudier l'association entre les symptômes de dépression périnatale de la mère et le risque de toc chez les enfants âgés de 7 à 15 ans", expliquent les auteurs en préambule. Pour ce faire, les symptômes dépressifs ont été mesurés chez les mères à leurs 18ème et 32ème semaines de grossesse, puis aux 8ème et 32ème semaines après l’accouchement. Les tocs potentiels des enfants ont été dépistés à l'âge de 7, 10, 13 et 15 ans.

Bilan : les symptômes dépressifs persistants chez la mère ont été associés à un risque quatre fois plus élevé pour les enfants de développer des tocs. "Ces résultats indiquent que les symptômes dépressifs périnataux sont associés à des tocs chez les enfants et renforcent la nécessité d'un dépistage et d'une prise en charge précoces de la dépression prénatale et postnatale chez les femmes en âge de procréer", concluent les scientifiques.  

Le sujet est encore largement tabou en France

Selon une nouvelle enquête de la plateforme de téléconsultation Qare, 30% des mamans et 18% des papas ont déjà vécu un épisode dépressif post-accouchement. Pourtant, le sujet est encore largement tabou en France : 40% des parents n’ont jamais parlé à personne de leurs émotions post-accouchement, et 14% en ont ressenti de la honte.

Le secrétaire d'État à l'Enfance Adrien Taquet a annoncé mardi 28 septembre des mesures pour renforcer la prise en charge de la dépression post-partum en France, dont un "entretien systématique autour de la cinquième semaine après l'accouchement" et la création de nouvelles structures de soins. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES