Publicité

QUESTION D'ACTU

Inserm

Un nouveau modèle pour prévoir la propagation des épidémies

Des chercheurs de l'Inserm ont mis au point un système qui permet de mesurer avec précision la propagation d’une maladie infectieuse dans le monde. 

Un nouveau modèle pour prévoir la propagation des épidémies DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 26.09.2013 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Une avancée majeure dans la lutte contre la propagation des épidémies ! Des chercheurs de l'Inserm (1) viennent, en effet, de mettre au point un nouveau modèle mathématique permettant de prédire les capacités de dissémination d’une maladie infectieuse, grâce aux flux de transports à travers le monde. Ce nouveau système dispose d'une sensibilité supérieure à celle des précédents.
« Jusque là, les modèles mathématiques destinés à modéliser la propagation d’une maladie à large échelle sous forme d’équations reposaient sur des mouvements de population sans connaître le lieu de résidence des voyageurs. Une personne qui faisait un vol Paris - San Francisco avec escale à New York puis qui rentrait chez elle comptait comme trois déplacements indépendants : Paris-New York, New York-San Francisco puis San Francisco - Paris, sans notion de durée de séjour dans ces différentes villes », explique Vittoria Colizza, la responsable du projet. 

A présent, le nouveau modèle de l'Inserm tient compte du fait qu’il s’agit d’une seule et même personne qui effectue ces déplacements. Il enregistre ainsi le temps resté dans les lieux fréquentés. Il en résulte donc une modélisation beaucoup plus précise et significativement améliorée de dissémination des maladies par rapport aux modèles précédents.
Et cette subtilité est importante, puisque « si cette personne est porteuse d’une maladie infectieuse, elle a pu la transmettre dans trois villes différentes et non deux comme l’estimaient les modèles précédents. Cela a un impact majeur sur la transmission d’une maladie », confie la chercheuse.

Pour mettre au point ce nouveau modèle mathématique, l'équipe de l’Inserm a intégré de très nombreuses données de transports provenant de près de 40 pays : flux de transports ferrés, automobiles, liaisons aériennes, taux de déplacements de nature professionnelle ou touristique, en affectant une origine aux voyageurs. 
« Le résultat des équations nous permet d’évaluer le rôle de chaque aspect dans la dissémination spatiale. Il s’agit d’un outil très puissant. Notre modèle permet par exemple de savoir si une épidémie a le potentiel de devenir pandémique ou encore d’évaluer l’impact de certaines mesures comme la réduction des transports aériens ou la limitation des voyages à visée touristique sur la transmission de cette maladie », conclut Vittoria Colizza.
L’'Inserm a déjà commencé à exploiter son nouvel outil en partenariat avec l’Institut de Veille Sanitaire.


(1) Unité Inserm 707, Faculté de médecine Saint-Antoine, Université Pierre et Marie Curie, Paris

 

 

 
Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité