• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Cardiologie

Santé cardiovasculaire : les femmes ne participent pas suffisamment à la recherche... et c'est un problème

Les femmes sont plus difficiles à recruter pour la recherche cardiovasculaire, ce qui est dommageable. 

Santé cardiovasculaire : les femmes ne participent pas suffisamment à la recherche... et c'est un problème arto_canon / istock.

  • Publié le 08.09.2021 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Il y a 200 femmes qui décèdent par jour en France de maladies cardiovasculaires (AVC, infarctus, pathologie aortique).
  • C’est 6 fois plus que le cancer du sein, par exemple.

Il est plus difficile de recruter des femmes pour la recherche cardiovasculaire, selon une nouvelle étude. Pourtant, les femmes sont statistiquement plus nombreuses que les hommes à mourir d’un problème cardiaque (du moins dans les pays occidentaux).  

38% du total des participants

Bien que les scientifiques s'accordent à dire qu'il est crucial d'avoir une représentation proportionnelle des deux sexes dans les recherches médicales, un examen récent de 740 essais cliniques cardiovasculaires menés à terme entre 2010 et 2017 a révélé que les femmes ne représentent que 38% du total des participants.

Pour le Dr Jeske van Diemen, à l’origine de cette synthèse, résoudre ce problème "n'est pas aussi facile qu'il y paraît". En effet, les femmes sont moins volontaires pour participer aux essais cliniques principalement par manque de temps. La nécessité de prendre les transports est aussi un frein important à leur investissement. "Les femmes doivent surmonter plus d’obstacles qui rendent difficile leur présence aux rendez-vous de suivi, comme le fait de ne pas avoir de permis de conduire ou de s'occuper d’enfants en bas-âge", ajoute Jeske van Diemen.

Des pathologies féminines ignorées

Jusqu’à il y a peu, les essais cliniques n’étaient effectués que sur des hommes. Ce n’est que dans les années 90 que les femmes ont peu à peu été incluses dans les études, car le corps féminin a des caractéristiques biologiques bien spécifiques, comme le fait d’avoir des reins plus petits que ceux des hommes ou des tissus adipeux beaucoup plus importants. De ce fait, de nombreuses pathologies féminines ne sont identifiées que depuis récemment, comme l’endométriose ou le SOPK.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité