• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson...

Covid-19 : les personnes non-vaccinées ont deux fois plus de risques d’être ré-infectées

Les personnes qui ne sont pas vaccinées contre la Covid-19 auraient 2 fois plus de risques d’être à nouveau infectées par le virus. 

Covid-19 : les personnes non-vaccinées ont deux fois plus de risques d’être ré-infectées AtlasStudio/istock

  • Publié le 09.08.2021 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude américaine prouve que les personnes non vaccinées auraient deux fois plus de risques d’être infectées par la Covid-19.
  • Elles pourraient également être plus vulnérables face aux variants.

Les personnes non-vaccinées ont 2,34 fois plus de risques d’être réinfectées par la Covid-19, comparativement à celles ayant reçu les deux doses des sérums de Pfizer, Moderna ou Johnson & Johnson, selon une étude américaine réalisée par les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique des Etats-Unis, et publiée ce vendredi 6 août. 

Une étude menée sur 246 patients du Kentucky

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont comparé 246 adultes du Kentucky, un état américain, qui ont été réinfectés par le virus entre mai et juin cette année, après avoir été contaminés une première fois en 2020 à 492 patients dits “cas-témoins”. La comparaison s’est faite par tranche d’âge, par sexe ainsi que selon la date à laquelle ils ont été testés positifs. 

“Toute personne éligible peut se faire vacciner contre le Covid-19”

Toute personne éligible peut se faire vacciner contre le Covid-19, quel que soit son statut antérieur d’infection au SARS-CoV-2”, concluent les auteurs de l’étude. Ainsi, ils mettent à mal l’idée selon laquelle l’immunité naturelle - obtenue après avoir contracté le coronavirus - pourrait dispenser de la vaccination. Théorie pourtant médiatisée par certaines figures politiques américaines, comme le sénateur républicain Rand Paul qui a déclaré ne pas vouloir se faire administrer les deux doses pour cette raison. 

Une troisième dose pour garantir l’immunité

Pour l’instant, les médecins ne savent pas encore combien de temps l’immunité liée à une infection antérieure à la Covid-19 est garantie. L’inconnu est aussi valable pour l’immunité acquise avec le vaccin. En France, le président de la République, Emmanuel Macron, avait indiqué lors de son allocution du 12 juillet dernier que "ceux vaccinés les premiers, c’est-à-dire en janvier-février, verront prochainement leur taux d’anticorps baisser, leur immunité diminuer". Il avait ajouté que les troisièmes doses seraient disponibles pour ces personnes dès la rentrée prochaine. Le jeudi 5 août dernier, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux il a précisé les modalités de cette 3ème dose : elle ne sera nécessaire, à la rentrée, que pour les personnes les plus âgées et/ou fragiles. 

Variant Delta : une faible réponse immunitaire 

L'immunité acquise par une infection antérieure est aussi remise en question par les variants. Certaines études en laboratoire ont prouvé, via des échantillons de sang, que les personnes infectées par la souche originale du Covid-19 avaient une faible réponse immunitaire face au variant Beta, identifié pour la première fois en Afrique du Sud. En revanche, l’étude ne mesure pas cette donnée pour le variant Delta car elle a été réalisée avant son émergence.

Actuellement, plus de 44 millions personnes ont reçu au moins une dose de vaccin contre la Covid-19 en France, dont près de 37 millions qui sont totalement vaccinées selon le ministère des Solidarités et de la Santé

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité