• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Ambition contrariée

Psychologie : et si le job de nos rêves n’existait pas ?

Les jeunes rêvent souvent de leur métier idéal, mais au fil des années, la réalité les rattrape : le marché de l’emploi est saturé dans ces secteurs. 

Psychologie : et si le job de nos rêves n’existait pas ? Photo Italia LLC/istock

  • Publié le 28.06.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Aux États-Unis, les jeunes sont nombreux à rêver d'une carrière artistique, alors que seulement 2% des Américains travaillent dans ce secteur.
  • Il y a des différences entre les ambitions des filles et des garçons, même si toutes et tous changent beaucoup d'avis pendant l'adolescence.
  • Les chercheurs estiment qu'il est important de confronter les jeunes à la réalité du marché du travail dans le secteur qu'ils convoitent.

Le choix de l’orientation est souvent difficile pour les jeunes, qu’ils soient au collège, au lycée ou en fin de formation. Face à eux, ils ont de nombreuses possibilités : certains choisissent de se destiner au métier de leur rêve, d’autres penchent pour la raison. Des chercheurs de l’université de Houston estiment qu’il vaudrait mieux suivre la voie de cette deuxième catégorie. Dans Journal of Career Assessment, ils expliquent qu’il existe de fortes disparités entre le métier idéal des jeunes et la réalité du marché du travail. 

Des évolutions avec l’âge 

Ils sont parvenus à cette conclusion en interrogeant plus de 3 300 adolescents, âgés de 13 à 18 ans, sur leur choix de carrière. "Près de 50% des adolescents désiraient suivre une carrière artistique ou devenir enquêteur ou chercheur, qui représentent au total seulement 8% du marché du travail actuel aux États-Unis", explique Kevin Hoff, professeur assistant de psychologie, et auteur de cette recherche. Les adolescents interrogés rêvaient de métier avec un risque d’automatisation réduit. Parmi les emplois les plus cités chez les filles, il y avait médecin, vétérinaire, professeur ou infirmière. Les garçons, âgés de 13 à 15 ans étaient nombreux, 22 à 32%, à rêver de devenir athlète professionnel. "Les garçons et les filles montraient le même schéma de variabilité croissante de leurs aspirations avec l’âge, ce qui implique des objectifs de carrière plus divers", souligne-t-il. Ainsi, parmi les jeunes garçons qui souhaitaient devenir athlètes, une bonne partie d’entre eux avait changé d’avis à 18 ans, et se destinait à un métier plus "accessible". 

Mieux informer les jeunes sur le marché du travail

Pour les auteurs de cette étude, il est primordial de mieux informer les jeunes sur les possibilités qui s’offrent à eux. "Les jeunes filles veulent souvent devenir professeure car elles voient ce métier tous les jours", détaille le chercheur. "C’est important de leur montrer que d’autres professions existent, en particuliers des carrières moins connues, avec des embauches de plus en plus importantes." Il cite l’exemple du domaine des STEM, qui désigne les science, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. En parallèle, il faudrait aussi mieux renseigner ceux qui ont des rêves trop ambitieux ou qui se destinent à des métiers avec des taux d’embauche très faibles. "Les adolescents qui rêvent de devenir médecin auront peut-être un super travail, en faisant autre chose dans le domaine médical, et ce sera positif, poursuit-il. L’aspect négatif serait qu’ils finissent par avoir des rêves de carrière inatteignables, en faisant des études pour lesquels ils n’ont pas d’intérêt ou pas suffisamment de capacités." Si ces conclusions peuvent sembler pessimistes, Kevin Hoff se défend d’être contre l’ambition, en revanche, il estime qu’il faut toujours avoir un plan de secours au cas-où le rêve se révèle inaccessible. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité