• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Tour d'horizon

Comment voyager sereinement cet été ? Les nouvelles recommandations du HSCP

Covid-19, diarrhée, paludisme, mal des transports... Le  Haut Conseil de la santé publique (HSCP) a actualisé ses recommandations sanitaires pour ceux qui veulent voyager cet été.

Comment voyager sereinement cet été ? Les nouvelles recommandations du HSCP istock

  • Publié le 18.06.2021 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Plus de 177 millions de cas de Covid-19 ont été enregistrés dans le monde depuis le début de la pandémie et 3,8 millions de décès.
  • L'épidémie baisse de -12% depuis le 7 juin.

"Les voyageurs, quelles que soient leurs destinations et les conditions du voyage, sont fréquemment victimes de problèmes de santé". Suite à la pandémie de Covid-19, le Haut Conseil de la santé publique (HSCP) a mis à jour ses recommandations sanitaires pour ceux qui veulent voyager cet été. 

Se faire vacciner si nécessaire

Le taux de voyageurs malades varie de 15% à 70% selon les études, en fonction du type de voyage, des destinations et des conditions de séjour. La diarrhée est toujours le plus fréquent des problèmes de santé en voyage, avec les infections des voies aériennes supérieures, les dermatoses et la fièvre. "Un grand nombre de maladies liées aux voyages peuvent être prévenues par la vaccination", souligne en ce sens le HSCP. Le programme de vaccination à établir pour chaque voyageur doit tenir compte de :

- l’évaluation des risques encourus par le voyageur, qui varient en fonction : du contexte épidémiologique international et de celui de la zone visitée ; de la situation sanitaire et du niveau d’hygiène de la zone visitée ; des conditions du séjour (saison, activités sur place, modalités d’hébergement et durée) ; des facteurs de risque individuels, notamment l’âge et les antécédents médicaux ; du statut vaccinal.

- l’obligation administrative de présenter un Certificat International de Vaccination pour entrer dans certains pays, soit dans le cadre du Règlement sanitaire international (vaccination contre la fièvre jaune ou la poliomyélite), soit du fait d’une exigence particulière du pays d’accueil (exemple : méningocoques pour les pèlerinages en Arabie saoudite…) ;

- la nécessité pour être immunisé que le schéma vaccinal soit terminé 10 à 15 jours avant le départ, sauf dans le cadre d’une dose de rappel où le délai peut être plus court ;

- la mise à jour des vaccinations recommandées en France dans le calendrier vaccinal, que ce soit pour les adultes ou les enfants. Elle est particulièrement importante pour la vaccination contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite et la coqueluche, ainsi que contre la rougeole ;

- les tensions d’approvisionnement de certains vaccins qui peuvent modifier l’application de ces recommandations.

Covid-19 : mode d'emploi

Concernant la Covid-19, des pays prennent ou pourraient prendre les dispositions suivantes concernant spécifiquement les voyageurs : autorisation d’entrée dans le pays, entrée dans le pays conditionnée à la preuve d’absence d’infection évolutive, isolement systématique de plusieurs jours. Avant de partir, il est donc conseillé de consulter les informations du pays de destination sur le site Conseils aux voyageurs du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Certains pays pourraient exiger la vaccination contre la Covid-19 à l’entrée dans le pays. Dans une telle éventualité, le HCSP recommande de se munir d’une attestation de vaccination (imprimée ou dématérialisée) ou de faire inscrire la vaccination Covid-19 (ou sa contre-indication) sur le Certificat International de Vaccination. 

L'obligation du port du masque et du respect des gestes barrières varient en fonction de la situation épidémiologique de chaque pays, que vous pouvez consulter ici

Se prémunir contre les piqûres et le paludisme

Il faut également prendre ses dispositions, en fonction des pays, contre les bêtes potentiellement vectrices de maladie (moustiques, tiques…) et contre le paludisme. Le HSCP invite également a faire attention aux risque liés aux transports, à l’environnement (chaleur, pollution...) et aux activités estivales (plongée, alpinisme...). "Les études les plus récentes montrent l’émergence de pathologies non infectieuses : mal d’altitude, mal des transports, traumatismes et blessures, d’origine accidentelle mais aussi intentionnelle", précisent les experts en santé publique. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité