• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Mimétisme ...

Les oiseaux moqueurs, aussi bons compositeurs que … Beethoven ?

Les oiseaux moqueurs ne sont pas seulement capables d’imiter le chant d’une vingtaine d'autres espèces, ils sont aussi capables de construire leurs chants en suivant des règles musicales similaires à celles qu’on retrouve dans l’œuvre de Beethoven.

Les oiseaux moqueurs, aussi bons compositeurs que … Beethoven ? Ryan Hagerty/Creative Commons

  • Publié le 04.06.2021 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'oiseau moqueur n'est pas qu'un imitateur : il reprend à son compte le chant d'une vingtaine d'espèces d'oiseaux, en utilisant des variations.
  • Ces variations sont très construites : ce sont de vraies règles musicales, utilisées par des musiciens comme le compositeur Beethoven ou le rappeur américain Kendrick Lamar.

Présent sur une grande partie des États-Unis et du Mexique, l’oiseau moqueur n’est pas célèbre pour son plumage chatoyant mais pour son don unique : avec quelques variations, il est capable d’imiter le chant de près d’une vingtaine d’espèces de ses congénères... mais aussi les sirènes d’alarme, les bruits de voitures et d’autres sons provenant de l’activité humaine.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Frontiers in Psychology, une équipe interdisciplinaire de chercheurs explique avoir fait une étonnante découverte : l’oiseau moqueur compose en réalité ses propres mélodies en se basant sur celles des autres oiseaux, et suit pour cela des règles musicales utilisées par des compositeurs comme Beethoven ou le rappeur Kendrick Lamar !

Un oiseau compositeur et mélomane

"Lorsque vous écoutez un oiseau moqueur pendant un certain temps, vous pouvez entendre que l'oiseau n'enchaîne pas au hasard les mélodies qu'il imite. Il semble plutôt séquencer des bribes de mélodie similaires selon des règles cohérentes, explique ainsi Tina Roeske, de l’Institut Max Planck d’esthétique empirique, et autrice principale. Cependant, pour examiner scientifiquement cette intuition, nous avons dû recourir à des analyses quantitatives pour vérifier si les données confirmaient réellement nos hypothèses."

Épaulée par une neuroscientifique, un biologiste de terrain et un philosophe de la musique, la chercheuse a conçu des algorithmes utilisés pour tester les hypothèses sur la composition du chant de l’oiseau moqueur. Les chercheurs ont alors identifié quatre stratégies de composition qu’il utilise pour passer d'un son à un autre : changer de timbre, changer de hauteur, étirer la transition (l'allonger dans le temps) et la comprimer (la raccourcir dans le temps).

Les mélodies complexes que crée l’oiseau moqueur sont une composition musicale pour les oreilles non seulement des autres oiseaux, mais aussi des humains. Il n'est donc pas surprenant que les compositeurs de styles musicaux variés utilisent des techniques similaires dans leur travail, soulignent les chercheurs. C’est le cas, par exemple, de la célèbre ouverture de la Cinquième Sympphonie, dans laquelle Beethoven utilise un changement de hauteur similaire à celui de l’oiseau moqueur. La chanson "Show Yourself" du film Frozen 2 de Disney montre quant à elle l'étirement des transitions sonores, tandis que sur la chanson "Duckworth" de Kendrick Lamar, tirée de l'album Damn, on entend clairement des transitions serrées, ou raccourcies.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES