• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Surconsommation

Comment le déclin de la biodiversité chez les poissons peut affecter la santé humaine

La surpêche entraîne une disparition des gros poissons au profit des plus petits qui possèdent notamment moins de fer, provoquant des risques d’anémie. Un résultat important puisque plus de 2 milliards de personnes dans le monde dépendent du poisson comme principale source de nutriments d'origine animale.

Comment le déclin de la biodiversité chez les poissons peut affecter la santé humaine Girvane Matos/iStock

  • Publié le 03.06.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Plus de 2 milliards de personnes dans le monde dépendent du poisson comme principale source de nutriments d'origine animale.
  • Les plus gros poissons sont notamment riches en fer et leur disparition progressive augmente le risque d'anémie.

La surconsommation entraîne un cercle vicieux qui nuit à notre santé. Dans une volonté de nourrir toujours plus de monde, la surpêche cause des dégâts au niveau de la biodiversité, en l’occurrence la disparition progressive des gros poissons, qui contribuent à altérer notre santé puisque ces gros poissons possèdent de nombreux bienfaits qui peuvent prévenir certaines maladies. Ce résultat est celui d’une étude de modélisation informatique menée par des chercheurs américains des université de Cornell et Columbia qui a été publiée le 28 mai dans la revue Science Advances.

Des poissons de plus en plus petits

Ces résultats sont importants puisque plus de 2 milliards de personnes dans le monde dépendent du poisson comme principale source de nutriments d'origine animale. “Investir dans la sauvegarde de la biodiversité peut contribuer à la fois au maintien de la fonction et de la santé des écosystèmes, ainsi qu'à la sécurité alimentaire et à la durabilité de la pêche”, a déclaré le premier auteur de l'étude, Sebastian Heilpern, chercheur au département des ressources naturelles et de l'environnement à l'université Cornell. Pour lui et son équipe de chercheurs, cette étude montre la nécessité d’établir des zones de non-exploitation où les ressources naturelles ne peuvent pas être extraites. Cela permettrait également de s’assurer que les pêcheurs respectent les limites de taille des poissons

Les scientifiques ont centré leurs recherches sur la région de Loreto en Amazonie péruvienne, où la pêche continentale constitue une source essentielle de nutrition pour les 800 000 personnes qui y vivent. Dans cette zone, chaque habitant mange environ 50 kilogrammes de poisson par an, rivalisant avec les taux de consommation de poisson les plus élevés au monde. Par ailleurs, ces derniers se nourrissent d’une grande variété de poissons, avec environ 60 espèces différentes. Au fil du temps, les poissons ingérés sont de plus en plus petits, du fait de la surpêche. “Nous voulions savoir : comment cela affecte-t-il les nutriments que les gens obtiennent ?”, s'est interrogé Sebastian Heilpern.

Les petites espèces sédentaires compensent le déclin des grandes espèces migratrices

Les chercheurs ont établi un modèle informatique afin d’examiner quelles espèces sont les plus à même de disparaître et lesquelles sont susceptibles de les remplacer pour compenser un vide dans l'écosystème. Ils ont également élaboré des scénarios d'extinction. Leur modèle a suivi sept nutriments essentiels d'origine animale, notamment les protéines, le fer, le zinc, le calcium et trois acides gras oméga-3 et simulé la manière dont l'évolution des stocks de poissons pourrait affecter les niveaux de nutriments dans la population. Alors que la teneur en protéines d'une espèce à l'autre est relativement égale, les poissons plus petits et plus sédentaires ont une teneur en oméga-3 plus élevée. Les niveaux de micronutriments tels que le zinc et le fer peuvent également varier d'une espèce à l'autre. 

Les résultats de leurs simulations ont révélé des risques pour la santé. Par exemple, lorsque les petites espèces sédentaires compensaient le déclin des grandes espèces migratrices, les apports en acides gras augmentaient, tandis que les apports en zinc et en fer diminuaient. Un effet qui aurait pour conséquence d’augmenter les taux d’anémie, causés par une carence en fer, qui sont déjà élevés dans cette région

Au fur et à mesure que vous perdez de la biodiversité, vous avez ces compromis qui se jouent en termes de quantité globale de nutriments, a conclu l’auteur principal de l’étude. Au fur et à mesure que vous perdez des espèces, le système devient également de plus en plus risqué.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES