• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Comparaison sociale

Masquer les « like » : comment la recherche de popularité sur les réseaux peut peser sur la santé mentale

Pour préserver la santé mentale de ses utilisateurs, Facebook et Instagram vont leur donner la possibilité de désactiver les "like" sur les contenus de leur fil et sous leurs posts. Est-ce une bonne idée ? La réponse des experts est mesurée.

Masquer les « like » : comment la recherche de popularité sur les réseaux peut peser sur la santé mentale Urupong/iStock

  • Publié le 03.06.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les réseaux sociaux Instagram et Facebook prévoient une nouvelle fonctionnalité à destination des utilisateurs : ces derniers pourront bientôt désactiver les "like" sur les contenus de leur fil et sous leurs propres publications.
  • Présentée comme un moyen de lutter contre la comparaison sociale entre les utilisateurs, et ainsi de préserver leur santé mentale, son effet sera sans doute limité, jugent les experts.
  • Cette fonctionnalité intervient alors que de nombreuses études ont mis en lumière les effets délétères des réseaux sociaux sur la santé mentale des adolescents, qui sont plus sensibles à la comparaison sociale.

D’ici quelques semaines, les utilisateurs de Facebook et d’Instagram auront le choix : celui de masquer le nombre de "like" ("j’aime") sous tous les contenus qui s’affichent sur leur fil. Ils pourront aussi suspendre les "like" sous leurs propres publications. Objectif affiché de cette mesure : "dépressuriser" les expériences des gens sur ses plateformes en rendant moins tenace la comparaison sociale à laquelle se livrent les jeunes sur les réseaux sociaux. Car ce besoin d’être soumis au jugement positif des autres peut impacter fortement leur santé mentale s’ils n’obtiennent pas la validation de leurs pairs.

Mais cette nouvelle fonctionnalité sur Facebook va-t-elle changer la donne ? Alors que de nombreuses études ont mis en lumière les effets délétères des réseaux sociaux sur le bien-être psychique de ses utilisateurs, et en particulier des adolescents, les experts se montrent plus mesurés sur les potentiels effets de ces "like" masqués.

Une mesure facile à contourner

Interrogée par le Washington Post, Sophia Choukas-Bradley, professeure adjointe en sciences psychologiques et cérébrales à l'université du Delaware estime qu’il "peut s'agir d'un pas dans la bonne direction pour certaines personnes, mais je ne crois pas que ce sera un changement transformateur majeur".

Même avis du côté de Jeff Hancock, directeur fondateur du Stanford Social Media Lab, qui estime que cette mesure n’aura sans doute pas "un impact énorme sur la santé mentale" des jeunes utilisateurs de Facebook. Et pour cause : il s’agit simplement d’une "option" à cocher et décocher, et donc facile à contourner. D’autant que les paramètres par défaut des plateformes afficheront toujours publiquement le nombre de like. "Nous savons que les paramètres par défaut sont très puissants, et de nombreux utilisateurs ne prendront peut-être pas le temps de modifier leurs paramètres et d'effectuer le changement", estime le Pr Hancock. De plus, même avec la nouvelle option activée, les utilisateurs pourront facilement vérifier le nombre total de likes sur leurs propres posts. "Les adolescents vont certainement franchir le pas", souligne la Pr Choukas-Bradley.

Les réseaux sociaux, néfastes pour les ados

Car le problème n’est pas tant de pouvoir masquer ou dévoiler à sa guise les "like", mais de participer sans parfois même le vouloir à une quête effrénée de validation sociale. C’est cette dernière qui inquiète de nombreux experts : pour être "validés" par leurs pairs et donc "aimés" par eux, les adolescents s’exposent à une vision édulcorée de la réalité, de leur environnement et de leur entourage, et n’ont pas nécessairement les clés pour pouvoir déjouer ces faux-semblants.

En 2018, une étude publiée dans la revue Body Image montrait que les photographies postées sur les réseaux sociaux ont un effet négatif sur la confiance en soi et la perception corporelle des jeunes femmes qui les consultent assidûment, les commentent et les "likent". Cette pression sociale d’être "aimée" virtuellement peut ainsi les conduire à développer des troubles du comportement alimentaire et affecter durablement leur estime de soi ou leur façon d’appréhender leur image corporelle. "Lorsque nous nous comparons à d'autres personnes, cela peut avoir une incidence sur l’évaluation que nous faisons de nous-même, estimait alors Jennifer Mills, autrice principale, qui mettait en garde contre les troubles du comportement alimentaire que peuvent engendrer les réseaux sociaux.

Une autre étude de 2019 lui a donné raison, en montrant que parmi 996 adolescents, 51,7 % des filles et 45 % des garçons souffraient de troubles de l’alimentation. Ils avaient tendance à sauter des repas et à faire du sport à outrance pour perdre du poids ou éviter d’en prendre. Les utilisateurs d’Instagram et de Snapchat semblaient être les plus affectés.

Une utilisation trop importante des réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram peut aussi accroître le risque de dépression, ce qui a conduit des experts à publier en 2019 une lettre ouverte dans The Lancet, pour exhorter les personnes dépressives à s’éloigner des réseaux sociaux pour privilégier les vraies interactions sociales.

Se détourner de la tyrannie du "like"

Si l’on ne quitte pas définitivement les réseaux sociaux, il est cependant primordial de "montrer au monde que vous n'êtes pas redevable des 'like' en les cachant", explique le Pr Hancock. "Les utilisateurs devraient cacher les 'like' sur leurs propres publications et sur celles des autres", ajoute le Pr Choukas-Bradley. Particulièrement s’ils y pensent constamment et ont peur de ne pas en recevoir assez sous leurs publications, s’ils se comparent aux autres ou s’ils passent trop de temps sur les réseaux sociaux.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES