• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladies inflammatoires de l'intestin

Journée mondiale des MICI : concrètement, de quoi souffrez-vous ?

A l'occasion de la journée mondiale des MICI, Pourquoi Docteur vous explique quelles maladies englobe ce terme médical. 

Journée mondiale des MICI : concrètement, de quoi souffrez-vous ?                 Domepitipat / istock.

  • Publié le 19.05.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les MICI sont des maladies dont on ne guérit pas.
  • Elles évoluent par périodes de poussée entrecoupées de périodes de rémission.
  • Les périodes de rémission peuvent s’étaler sur plusieurs années si la maladie est contrôlée correctement par les traitements.

On appelle MICI les maladies inflammatoires chroniques intestinales. Il en existe deux : la maladie de Crohn (MC) et la rectocolite hémorragique (RH).

Maladie de Crohn et rectocolite hémorragique

La maladie de Crohn provoque une inflammation et une irritation qui peuvent toucher tout l’intestin, de la bouche à l’anus. Le plus souvent, elle atteint la partie terminale du petit intestin ("l'intestin grêle"), le gros intestin ("le côlon") et l’anus. Dans la rectocolite hémorragique, l’inflammation et l’irritation affectent toujours la partie basse du rectum et remonte plus ou moins dans le côlon. L’intestin n’est jamais touché.

Les MICI sont le plus souvent diagnostiquées entre 20 et 30 ans. Toutefois, elles peuvent survenir à tout âge et 15% des cas concernent des enfants. "Leur fréquence varie considérablement d'un pays à l'autre, les incidences les plus importantes étant retrouvées dans les pays industrialisés, notamment en Europe du Nord-Ouest et aux Etats-Unis. De manière générale, l’incidence augmente avec le niveau de développement socio-économique des pays, de sorte qu’elle croit fortement en Asie, au Moyen-Orient, en Afrique du sud ou encore en Inde", précise l’Inserm.

212 700 personnes prises en charge pour une MICI

En 2015, la France comptait 212 700 personnes prises en charge pour une MICI (60% de MC et 40% de RH), dont 55% étaient des femmes. D’après le registre Epimad qui suit l’incidence de ces maladies dans plusieurs départements du Nord, l’incidence de la maladie de Crohn a augmenté de 5,3 à 7,6 cas pour 100 000 habitants entre 1988 et 2014, alors que celle de la rectocolite hémorragique est restée stable, à 4,4 cas pour 100 000 habitants. Sur cette même période, la maladie a touché des sujets de plus en plus jeunes, avec une augmentation importante de l’incidence chez les adolescents (+126% pour la MC et +156% la RH).

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES