• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Dermatologie

5 conseils d'une dermatologue pour préserver le microbiote de notre peau

Comme dans notre intestin, notre peau abrite également un microbiote, qui se modifie en fonction de nos habitudes de vie. Voici quelques conseils pour en prendre soin. 

5 conseils d'une dermatologue pour préserver le microbiote de notre peau Albina Gavrilovic / istock.

  • Publié le 09.04.2021 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


On s’en doute depuis Hypocrate, mais de plus en plus d'études démontrent qu'il existe un lien entre le mode de vie (alimentation, stress, activité physique, drogue, alcool, tabac) et le microbiote intestinal. "Le microbiote cutané abrite également une vaste communauté microbienne variable suivant la physiologie, la topographie et l'environnement" explique le Dr Sylvie Peres, dermatologue et co-fondatrice d’Alaena. Voici ses conseils pour le préserver :

1- un nettoyage doux avec un savon de saponification à froid (savon mangue & avocat) qui provoque une balance de pH et régule le microbiote.

2 - ne pas utiliser de conservateurs agressifs (phenoxyethanol), ni de détergents émulsifiants comme les PEG, polysorbate, pentylène ou propylène glycol.

3 - ne pas utiliser non plus d’huiles minérales, ni silicones ou dérivés de l’acrylique connus pour perturber la flore cutanée. 

4 - rester au plus près de la nature avec des formules naturelles et certifiées bio. Les pesticides sont là pour détruire les parasites des plantes, qui sont des bactéries, or notre microbiote est aussi formé de bactéries. 

5 - Limitez les antibiotiques. 

La peau d'un adulte héberge en moyenne 1012 mille milliards bactéries (soit 500 mille par cm2 de peau), de plus de 500 espèces différentes. La peau supporte et entretient naturellement son propre "micro-écosystème", qui se forme à la naissance et évolue jusqu'à la mort. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES