• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Grossesse multiple

Naissance de deux jumeaux conçus ... à trois semaine d'écart !

Au Royaume-Uni, une maman a donné naissance à des jumeaux… Mais, fait rarissime, ils avaient trois semaines d’écart ce qui signifie que l’un des embryons était déjà présent lorsque le second est arrivé.

Naissance de deux jumeaux conçus ... à trois semaine d'écart ! gzorgz/iStock

  • Publié le 04.04.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Aucune explication n'est pour le moment donnée aux cas de superfétation, quand une femme déjà enceinte est à nouveau fécondée
  • Normalement, l'ovulation s'arrête dès que la grossesse commence

On appelle ce phénomène la superfétation. Celui-ci peut être défini comme le fait qu’une femme déjà enceinte, le soit une seconde fois, au même moment. Autrement dit, que deux embryons se développent à plusieurs jours d'intervalle. Finalement, la maman porte deux bébés, conçus à des moments différents. Cette situation est extrêmement rare. Selon une étude publiée en 2008, il y aurait moins de dix cas décrits dans la littérature scientifique internationale. 

Découverte d’un second foetus au bout de 12 semaines de grossesses

Pourtant, c’est arrivé à une femme anglaise de 39 ans. En septembre dernier, elle a accouché de jumeaux, Rosalie et Noah, issus d’une superfétation. C’est la petite fille qui est arrivée en seconde, alors que l’embryon de son frère était déjà en développement dans le ventre de sa mère. Cette dernière n’a été informée de la situation qu’après douze semaines de grossesse, lors d’une échographie. Les images montraient un écart d’âge de trois semaines entre les deux foetus, faisant de cette superfétation un cas encore plus rare. En effet, jusqu’à présent, jamais une telle différence n’avait été observée. 

Après trois semaines en soins intensifs, Rosalie va bien

L’histoire se termine bien, puisque les deux jumeaux font désormais partie de la famille. Mais, avant cet heureux dénouement, le couple est passé par de durs moments. Pendant plusieurs années, ils essayaient de concevoir un enfant naturellement, en vain. Finalement, ils ont suivi un traitement contre l’infertilité. Cette double grossesse fut d’abord une bonne nouvelle, mais très rapidement les médecins ont estimé que le second bébé, Rosalie, ne survivrait pas. Lors de sa naissance, elle a été prise en charge en soins intensifs néonataux pendant plus de trois semaines. Après toutes ces épreuves, les bébés et les parents vont bien.

Pas de risques élevés en cas de superfétation 

Mais comment expliquer ce phénomène de superfétation ?  Normalement, l’utérus d’une femme n’est pas fait pour recevoir la seconde implantation d’un embryon si elle est déjà enceinte. D’autant plus que, normalement, lorsque la grossesse commence l’ovulation s’arrête. Les scientifiques ont émis plusieurs hypothèses pour comprendre la superfétation mais, jusqu’à présent, aucune n’a été confirmée et ni établie scientifiquement. Néanmoins, comme dans le cas de Rosalie, les médecins sont-ils toujours inquiets de l’état de santé de ces futurs bébés ? Est-ce dangereux ? Evidemment, cette double grossesse est généralement très suivie par le corps médical. Des risques existent, notamment sur le retard de croissance intra-utérin du second foetus et, in fine, sur la taille du futur bébé. Dans les pires cas, les praticiens craignent une anomalie au niveau des chromosomes. Mais, jusqu’à présent, une partie importante des scientifiques estiment que les risques ne sont pas plus élevés que ceux de grossesses de jumeaux non issus de superfétation. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité