• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Manslipping

Masque : pourquoi le porter sous le nez est un signe « masculin »

Porter son masque sous le nez est-il une pratique masculine ? C’est la question que se pose un journaliste du "New York Times", qui l’assimile au "manspreading", ou l’habitude qu’ont les hommes d’écarter un peu trop les jambes lorsqu’ils sont assis.

Masque : pourquoi le porter sous le nez est un signe « masculin » Giulio Fornasar/iStock

  • Publié le 30.01.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Porter le masque sans se couvrir le nez s'appelle le "manslipping"
  • Cette pratique serait plus répandue chez les hommes

"Appelez ça le manslipping". C’est en tout cas ainsi que James Gorman, journaliste scientifique au New York Times, appelle la façon dont certaines personnes portent leur masque sous le nez. En l’occurrence, souligne-t-il, souvent des hommes.

James Gorman explique avoir remarqué qu’il s’agissait d’une pratique presque exclusivement masculine lors de l’investiture de Joe Biden. Au cours de la cérémonie, le juge en chef de la Cour suprême John Roberts, mais aussi Bill Clinton et Barack Obama, ont été pris sur le fait, leur masque mal positionné sur leur visage.

"Les experts nous rappellent continuellement que pour nous protéger et protéger les autres contre le coronavirus, un masque doit couvrir notre visage, de l'arête du nez au-dessous du menton. Mais nous sommes trop nombreux à laisser glisser nos masques", écrit le journaliste scientifique, qui compare le fait de mal porter son masque au manspreading, cette tendance qu’ont certains hommes à écarter les jambes lorsqu’ils sont assis dans les transports en commun pour être à l’aise, sans se soucier de prendre toute la place. D’où le nom que trouve James Gorman au fait de mal porter son masque : le manslipping, contraction de "man" ("homme") et "mask slipping" ("masque qui tombe").

Le manslipping, une discipline d’hommes ?

Si tous les hommes ne sont pas concernés par le phénomène du manslipping, James Gorman s’interroge toutefois : qu’est-ce qui les pousse à braver les recommandations sanitaires en portant leur masque sous le nez ? Il se demande d’abord si ces hommes ont le masque qui tombe en raison d’un nez trop proéminent, mais réfute rapidement cette théorie. "Cela ne peut pas être le cas, car beaucoup de médecins sont des hommes et les médecins, bien qu'ils puissent s'asseoir largement dans le métro, savent réellement ce que font les virus et ils ont la chance de voir ce que le coronavirus peut faire. Ainsi, leur tendance naturelle à respirer tout l'air disponible dans une pièce donnée est tempérée à la fois par le serment d'Hippocrate et par la peur de la mort, et ils ne laissent pas leur masque glisser", écrit-il.

Se peut-il alors que les hommes pratiquant le manslipping ne puissent pas respirer correctement avec leur masque ? Ce n’est pas ça non plus, puisque "vous pouvez respirer à travers un masque", affirme James Gorman même si ça n’est "pas aussi agréable que de respirer sans masque".

Enfin, il avance que les hommes ne savent peut-être pas porter leur masque parce qu’ils ne sont pas soignés. Mais là encore, cette théorie botte en touche.

Alors, conclut James Gorman, les hommes adeptes du manslipping le font juste parce qu’ils sont des hommes et ont la possibilité de le faire – comme celle d’écarter un peu trop les jambes dans le métro.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité