• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Gynécologie

L’arrêt de certains contraceptifs retarderait la reprise de la fertilité

Les femmes qui arrêtent d'utiliser certaines formes de contraception peuvent devoir attendre jusqu'à huit mois avant un retour de leur fertilité.

L’arrêt de certains contraceptifs retarderait la reprise de la fertilité JPC-PROD/iStock

  • Publié le 12.11.2020 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les femmes qui ont utilisé des progestatifs injectables ont eu le plus long délai de retour à une fertilité normale.
  • Les utilisatrices de patchs contraceptifs, les utilisatrices de contraceptifs oraux et d'anneaux vaginaux, et les utilisatrices d'hormones et de cuivre dispositifs intra-utérins et contraceptifs implantaires ont également connu des retards de retour de leur fertilité.

Le retour à la fertilité après l’utilisation d’un contraceptif dépend du contraceptif utilisé. Des chercheurs américains de l’université de Boston ont comparé, avec des scientifiques de l'université d'Aarhus au Danemark, les différents moyens de contraception et constaté que le délai avant ce retour de la fertilité est très variable. Ils ont publié les résultats de leur étude le 11 novembre dans la revue BMJ.

Comparer tous les moyens de contraception

De nombreuses études précédentes se sont concentrées sur les effets des contraceptifs oraux. Celles-ci ont montré de courts délais d'environ trois mois pour le retour de la fertilité après que les femmes ont cessé de les prendre. Pour aller plus loin, des chercheurs américains et danois ont souhaité étendre le spectre de méthodes contraceptives et leur influence sur la fertilité. Pour cela, ils ont rassemblé les données de trois études qui ont impliqué au total près de 18 000 femmes, originaires du Danemark et d'Amérique du Nord, qui ont planifié des grossesses entre 2007 et 2019.

Pour l’étude, les femmes ont rapporté leurs antécédents en matière de contraception, ainsi que des informations personnelles, médicales et de mode de vie. Tous les deux mois, des questionnaires de suivi ont été envoyés et ce pendant 12 mois ou jusqu’à ce qu’elles tombent enceinte. Au total, 10 729 grossesses ont été enregistrées au cours de l’observation de de 66 759 cycles menstruels. Environ 56% des femmes ont conçu dans les 6 cycles de suivi et 77% dans les 12 cycles. La méthode de contraception la plus fréquemment rapportée est les contraceptifs oraux (38%), suivis des méthodes “barrières” telles que les préservatifs, le diaphragme (31%) et les méthodes naturelles telles que le sevrage et éviter les rapports sexuels en période de fertilité (15%).

Progestatifs injectables : le délai le plus long

Les résultats ont montré que les femmes ont connu des retards à court terme dans le retour à la fertilité si elles ont récemment arrêté d'utiliser les contraceptifs oraux, l'anneau contraceptif et certaines méthodes contraceptives réversibles à action prolongée, par rapport aux utilisatrices de méthodes de barrière. Les femmes qui ont utilisé des progestatifs injectables ont eu le plus long délai de retour à une fertilité normale (cinq à huit cycles), suivies par les utilisatrices de patchs contraceptifs (quatre cycles), les utilisatrices de contraceptifs oraux et d'anneaux vaginaux (trois cycles) et les utilisatrices d'hormones et de cuivre dispositifs intra-utérins et contraceptifs implantaires (deux cycles).

Les résultats indiquent que le retour à une fécondité normale varie considérablement selon la méthode contraceptive. “Nos résultats indiquent peu ou pas d'effet durable de l'utilisation à long terme de ces méthodes sur la fécondité, ont écrit les chercheurs. Ces résultats pourraient éclairer les recommandations cliniques sur la prise de décision en matière de contraception.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité