• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Thérapies

Appendicite: en fonction des patients, mieux vaut privilégier les antibiotiques ou la chirurgie

Un vaste essai randomisé aux États-Unis a comparé l'efficacité entre le traitement de l'appendicite par opération chirurgicale ou la prise d'antibiotique, et a mesuré les conséquences de ces deux techniques sur la vie des patients. Les scientifiques ont ainsi éclairé dans quelles circonstances la prise de médicament est préférable à une opération chirurgicale.

Appendicite: en fonction des patients, mieux vaut privilégier les antibiotiques ou la chirurgie Harunhalici/iStock

  • Publié le 06.10.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une vaste étude clinique étasunienne a comparé l'efficacité du traitement de l'appendicite aiguë via la chirurgie ou les antibiotiques. Si la chirurgie est toujours efficace, les antibiotiques permettent 7 fois sur 10 d'éviter l'opération ce qui est toujours préférable.
  • Cependant en cas de complication, les scientifiques assurent que les chances de réussite des antibiotiques diminuent, obligeant 4 fois sur 10 à recourir à une opération chirurgicale.
  • Cependant, le temps moyen passé à l'hôpital reste en moyenne le même aussi bien avec un traitement à base d'antibiotique qu'une opération chirurgicale.

Antibiotique ou chirurgie ? Un essai clinique, nommée Comparing Outcomes of Antibiotic Drugs and Appendectomy (CODA), a regroupé 25 hôpitaux partout aux États-Unis pour comparer les avantages et inconvénients des deux méthodes dans le traitement de l'appendicite. Financé par le Patient-Centered Outcomes Research Institute (PCORI), un institut à but non lucratif, cet essai est considéré comme le plus vaste essai clinique randomisé sur l'appendicite mené à ce jour. Selon les résultats de cette étude publiée le 5 octobre dans le New England Journal of Medicine, l'usage d'antibiotique peut parfois être privilégié à la chirurgie sous certaines conditions. “Nous avons constaté que les antibiotiques n'étaient pas pires que la chirurgie lors de la mesure de l'état de santé général, permettant à la plupart des gens d'éviter une opération à court terme, analyse Lillian Kao, directrice de la division de chirurgie de soins aigus à la McGovern Medical School et chercheuse principale du site d'essais CODA au Memorial Hermann-Texas Medical Center. Il y avait des avantages et des inconvénients aux deux traitements, et les patients sont susceptibles de les prioriser de différentes manières en fonction de leurs caractéristiques, préoccupations et perspectives.”

La principale préoccupation des personnes souffrant d'appendicite ? Le temps passé à l'hôpital. Or, selon ce collectif de chercheurs, l'usage d'antibiotique ne permet pas forcément de passer moins de temps à l'hôpital. Les scientifiques ont remarqué que si 50% des personnes traitées par antibiotiques évitent l'hospitalisation, la durée moyenne passée à l'hôpital de l'ensemble du groupe de patients soignés aux antibiotiques est équivalente à celle passée par les personnes subissant une chirurgie. Une déception qui ne doit pas atténuer l'avantage de l'usage d'antibiotique. “Les personnes traitées avec des antibiotiques retournaient plus souvent au service des urgences mais manquaient moins de temps au travail et à l'école", remarque Bonnie Bizzell, présidente du comité consultatif des patients du CODA.

Antibiotiques : le pari d'éviter l'opération chirurgicale

Dans le cadre de cet essai, 1 552 participants ont été randomisés pour recevoir en premier une appendicectomie ou des antibiotiques  pour une appendicite aiguë (intervention sans complications). Grâce à cet essai, ils ont pu établir que le traitement à base d'antibiotique peut éviter une appendicectomie 7 fois sur 10. Dans 3 cas sur 10, l'usage d'antibiotique ne suffit pas, et il faut procéder à une chirurgie dans les 90 jours. Cependant, si l'appendicite présente une complication comme l'apparition d'appendicolithe (un dépôt calcifié dans l'appendice qui multiplie par deux les risques de complications), le taux d'échec de l'antibiotique monte à 4 cas sur 10. Toutefois, aucune différence entre les deux techniques sur la durée des symptômes d'appendicite.

L'équilibrage entre ces risques et les avantages de chaque traitement doit être personnalisé pour chaque patient en fonction de sa propre situation et de ses préférences, assure Mike Liang, professeur agrégé de chirurgie à la McGovern Medical School à UTHealth et chercheur principal de l'hôpital Lyndon B. Johnson d'Harris Health. En utilisant ces données, il sera notamment plus facile de déterminer qui pourrait le plus bénéficier de la chirurgie ou du traitement médicamenteux. Cet essai permettra aussi de voir les résultats à long terme de ces deux traitements.” Le CODA Collaborative, composé de cliniciens de chacun des 25 sites d'essais CODA, conseille aux patients de continuer à partager leurs résultats de l'essai à mesure que le suivi se poursuit.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité