• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention des maladies cardiovasculaire

“Les patients à risque doivent consulter un cardiologue une fois par an"

Première cause de décès chez les femmes et deuxième chez les hommes, les maladies cardiovasculaires tuent chaque année 140 000 personnes. Arnaud Hueber, cardiologue interventionnel à la clinique Claude-Bernard à Metz, explique comment améliorer la prévention.

“Les patients à risque doivent consulter un cardiologue une fois par an\ Dr Arnaud Hueber

  • Publié le 03.10.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les maladies cardiovasculaires constituent la deuxième cause de mortalité pour les hommes et la première pour les femmes avec environ 140 000 décès par an. Pour inverser la courbe, l’enjeu principal se situe dans la prévention. Le docteur Arnaud Hueber, cardiologue interventionnel à la clinique Claude-Bernard à Metz, prodigue ses conseils pour améliorer la prévention.

Y a-t-il des signes avant-coureurs qui peuvent alerter sur la survenue d’une maladie cardiovasculaire ?

Il faut distinguer deux groupes. Il y a d’un côté ceux qui ne le savent pas mais qui sont à risque. Ce sont les asymptomatiques. Cela concerne les personnes qui consomment du tabac, qui ont un facteur héréditaire important, qui font de l’hypertension, du cholestérol ou encore du diabète. De l’autre côté, on trouve ceux qui ont des symptômes. Cela se caractérise par des douleurs à la poitrine, un essoufflement lors de l’effort d’abord puis au moindre effort et, enfin, au repos. Les hommes de plus de 40 ans et les femmes de plus de 50 ans qui se trouvent dans l’un de ces deux groupes doivent se sentir concernés.

Est-il possible de diminuer les risques ?

Pour les personnes qui sont à risque, il faut au maximum contrôler ces risques. Ainsi, cela revient à ne pas fumer, avoir une alimentation sans graisse et avec plus de légumes et pratiquer une activité physique comme la marche ou favoriser les escaliers plutôt que l’ascenseur. Il n’y a pas besoin de faire un marathon, une marche quotidienne d’une trentaine de minutes suffit. Il faut également consulter un cardiologue une fois par an afin qu’il puisse détecter d’éventuels problèmes coronariens.
Pour les personnes symptomatiques, la consigne est la même : il faut éviter de fumer et mieux manger. En ce qui concerne l’activité physique, avant la reprise, il faut consulter un cardiologue afin de prévenir l’arrivée d’un infarctus.

Quelles sont les principales maladies du cœur qui peuvent survenir ?

Il y a d’abord la cardiopathie ischémique qui représente environ 60% des hospitalisations. Elle peut aller de la simple angine de poitrine à l’infarctus et concerne tout ce qui relève de l’alimentation en sang du cœur par les artères coronaires. On trouve ensuite la cardiopathie valvulaire. Il s’agit d’un problème au niveau des valves du cœur qui sont soit malformées soit rétrécissent soit deviennent insuffisantes. Les deux gros symptômes sont l’essoufflement et les palpitations. Il y a ensuite la myocardiopathie qui touche les muscles cardiaques. Le cœur est un muscle qui peut parfois devenir déficient et perdre en efficacité, entrainant une insuffisance cardiaque. La maladie du muscle cardiaque peut être idiopathique, c’est-à-dire que les causes ne sont pas identifiées, ou secondaires, dans le cas d’une myocardite. On peut également avoir une cardiopathie congénitale qui est une malformation des enfants qui est prise très tôt en charge dans sa vie mais va le fragiliser.

Comment se déroule le dépistage des maladies cardiovasculaires ?

Cela commence par un examen clinique, un électrocardiogramme et une échographie cardiaque qui même si ils sont imparfaits permettent d'orienter le diagnostic, de visualiser d'éventuelles anomalies valvulaires et/ou du myocarde (infarctus).

D'autres examens plus sensibles tels que test d'effort ou scintigraphie myocardique permettront d'affiner le diagnostic et proposer le cas échéant au patient une exploration de ses artères coronaires par une coronarographie - examen effectué sous rayons X qui permet de visualiser les artères du cœur et d'éventuelles lésions d'athérosclérose.

Peut-on faire du sport lorsque l’on a une pathologie cardiovasculaire ?

Cela dépend de la pathologie, il y a plusieurs grades. Si le problème est celui d’un rétrécissement des valves, cela se soigne et on peut reprendre une vie normale une fois le problème résolu. Par contre, si l’on fait un infarctus, et un quart des patients entrent dans les maladies coronariennes par l’infarctus, alors cela signifie que le cœur est déficient. En fonction de la gravité, les efforts importants peuvent être interdits, voire aller jusqu’à interdire le moindre effort ou même de prendre l’avion. Le plus important, c’est d’éviter l’infarctus.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité