• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Rythmes biologiques

Avoir un mauvais sommeil a un impact négatif sur le microbiote et l’hypertension artérielle

En analysant les cycles de sommeil de rats pendant 28 jours, des chercheurs ont constaté que mal dormir est associé à une pression artérielle élevée et à des modifications dans la composition du microbiote intestinal.

Avoir un mauvais sommeil a un impact négatif sur le microbiote et l’hypertension artérielle demaerre/iStock

  • Publié le 07.09.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Des expériences menées sur des rongeurs ont montré que la perturbation des rythmes de sommeil augmentait la pression sanguine et déséquilibrait le microbiote intestinal.
  • Ces altérations persistent même après avoir recouvré un sommeil normal.

Mauvais sommeil, hypertension artérielle, altération du microbiote… Tout est lié. C’est ce que montre une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de l’Illinois à Chicago (États-Unis) et publiée dans la revue Physiological Genomics.

Un altérations qui persistent 

L’objet des travaux des chercheurs a été de déterminer si une période de 28 jours de sommeil perturbé a une influence sur le microbiote intestinal et sur la pression artérielle. Pour le savoir, les scientifiques ont utilisé des rats, qui sont des animaux nocturnes, et les ont soumis à des expériences visant à perturber leurs périodes de sommeil diurne.

Des transmetteurs de télémétrie ont mesuré l'activité cérébrale, la pression sanguine et le rythme cardiaque des rongeurs. Les chercheurs ont aussi analysé leurs selles pour noter les changements de leur contenu microbien.

Les résultats sont sans ambiguïté, notent les chercheurs. “Lorsque les rats avaient un horaire de sommeil anormal, nous avons constaté une augmentation de la pression sanguine et celle-ci est restée élevée même lorsqu’ils ont pu retrouver un sommeil normal. Cela suggère qu’un sommeil dysfonctionnel nuit à l’organisme pendant une période prolongée", analyse Katherine A. Maki, autrice principale des travaux.

Une modification du matériel génétique de toutes les bactéries peuplant le côlon des rats a aussi été constatée mais, contrairement à ce que pensaient initialement les chercheurs, ces changements du microbiote n’ont pas été constatés immédiatement. Il a fallu environ une semaine pour observer un déséquilibre entre les différents types de bactéries, ainsi qu’une augmentation du nombre de microbes associée à une inflammation.

“Lorsque la perturbation du sommeil a cessé, tout n'est pas revenu à la normale immédiatement", souligne le Pr Maki, qui estime qu’il s’agit d’un “système très complexe avec la présence de multiples facteurs pathologiques".

Diminuer le risque cardiovasculaire

Il s'agit d'une recherche initiale. Aussi, de nouvelles études sont envisagées pour examiner les caractéristiques d’un microbiote intestinal impacté par des rythmes de sommeil décalé. Les chercheurs souhaitent aussi savoir combien de temps la pression sanguine et les altérations du microbiote intestinal persistent, puis comment ces perturbations se traduisent sur l’humain. “Nous espérons trouver une intervention qui puisse aider les personnes qui sont à risque de maladies cardiovasculaires en raison de leurs horaires de travail et de sommeil. Les gens auront toujours des responsabilités qui interrompent leur sommeil. Nous voulons être en mesure de réduire leur risque en ciblant le microbiote avec de nouvelles thérapies ou des changements alimentaires."

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité