• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Smartphone

L'addiction au téléphone serait le signe de sentiments d’insuffisance et d’infériorité

Une étude réalisée auprès de jeunes Portugais révèle que la nomophobie, la peur panique d’être séparé de son téléphone, serait liée à des sentiments généraux d'insuffisance et d’infériorité ainsi qu'à des comportements obsessionnels-compulsifs.

L'addiction au téléphone serait le signe de sentiments d’insuffisance et d’infériorité fizkes/iStock

  • Publié le 01.09.2020 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Plus le temps passé sur le téléphone est important plus le stress de ne pas avoir son smartphone entre les mains augmente.
  • Les personnes qui présentent des signes d’anxiété pourraient voir dans les téléphones un moyen de gérer leur stress ce qui expliquerait la sensation de peur panique lorsque celui-ci est loin d’eux.

Vous avez peur d’être séparé trop longtemps de votre téléphone ? Cela pourrait être le signe d’un sentiment plus profond d’insuffisance et d’infériorité et une tendance à avoir un comportent plus obsessionnel et compulsif. C’est ce que suggère une étude réalisée par des chercheurs américains de l’université d’Ohio State et menée sur des jeunes portugais. Les résultats ont été publiés dans la revue Computers in Human Behavior Reports.

Plus le temps passé sur le smartphone est important, plus le stress augmente

Les chercheurs ont étudié la psychologie des personnes nomophobes, c’est-à-dire qui ont une peur panique d’être séparées de leur téléphone. “C'est cette peur, ce sentiment de panique, de ‘oh, non, j'ai laissé mon téléphone à la maison’”, poursuit Ana-Paula Correia, auteure de l’étude. Celle-ci se base sur les travaux antérieurs de la chercheuse qui a créé un questionnaire pour évaluer la dépendance des individus à leur smartphone. Un autre questionnaire, visant à évaluer les symptômes psychopathologiques tels que l'anxiété, l'obsession-compulsion et les sentiments d’insuffisance a été remis aux 495 participants, âgés de 18 à 24 ans, au Portugal.

L’étude a révélé que plus le temps passé par les participants sur le téléphone est important plus ils déclarent se sentir stressés quand ils n’ont pas leur smartphone entre les mains. En outre, plus les participants ont un score élevé en matière de compulsion obsessionnelle, plus ils craignent de se retrouver sans leur téléphone. Ce trait psychologique a été mesuré en demandant aux participants d'évaluer à quel point ils estiment devoir vérifier et revérifier ce qu’ils font. Les résultats ont montré que les volontaires passent en moyenne entre 4 et 7 heures par jour sur leur smartphone, principalement pour aller sur les réseaux sociaux.

Le téléphone, un faux outil de gestion du stress

Les chercheurs estiment que l’utilisation que l’on fait de son téléphone influe sur l’état psychologique de la personne qui l’utilise. “Il y a une différence entre l'utilisation normale d'un smartphone qui profite à la vie d'une personne - par exemple, le chat vidéo avec des amis lorsque vous ne pouvez pas être ensemble en personne ou l'utiliser pour le travail - et l'utilisation d'un smartphone qui interfère avec la vie d'une personne, détaille Ana-Paula Correia. Ce type de comportement est plus susceptible de causer de l'anxiété lorsque nous sommes loin de nos téléphones.”

Les personnes qui présentent des signes d’anxiété pourraient voir dans les téléphones un moyen de gérer leur stress ce qui expliquerait leur sensation de peur panique lorsque celui-ci est loin d’eux. “Ce concept ne se limite pas au téléphone, poursuit la chercheuse. Les gens utilisent leur téléphone pour d'autres tâches, y compris les réseaux sociaux, se connecter, savoir ce qui se passe avec leurs influenceurs sur les réseaux sociaux. Donc, être loin du téléphone ou avoir un téléphone avec une batterie faible, peut en quelque sorte rompre cette connexion et laisser certaines personnes avec des sentiments d'agitation.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité