• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sourds et malentendants

Covid-19 : les masques transparents seront bientôt généralisés

Le prix de ces masques, particulièrement utiles aux personnes sourdes et malentendantes, devrait également baisser. 

Covid-19 : les masques transparents seront bientôt généralisés lakshmiprasad S/istock

  • Publié le 23.08.2020 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La secrétaire d’État en charge des personnes handicapées Sophie Cluzel a annoncé la commande et la mise en production de 20 000 masques transparents.

Ces masques sont équipés d'une bande transparente, nécessaire aux personnes sourdes et malentendantes pour pouvoir lire sur les lèvres et voir les expressions du visage. Samedi 22 août sur France Info, la secrétaire d’État en charge des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a annoncé qu’ils allaient être généralisés. Deux modèles ont été homologués et sont lancés en production, plusieurs autres devraient suivre cette voie, ce qui permettra de faire baisser le prix de ces masques adaptés. Aujourd’hui, ils coûtent entre 10 et 15 euros en moyenne. 

Des masques nécessaires pour de nombreuses personnes

"C'est important pour les sourds, parce que ceux qui ont la lecture labiale peuvent enfin le faire, a expliqué la secrétaire d’État. Mais ça l’est aussi pour beaucoup de publics : ceux qui ont un handicap psychique, qui ont besoin de comprendre en même temps que l'expression verbale, la communication du visage, mais aussi les personnes âgées." Au Japon, des enseignants vantent aussi les avantages de ces masques. "Je sais qu'il est frustrant que mes élèves ne voient pas ma bouche ou l'expression de mon visage, confie à l’AFP Rory Burnham Pickett, professeure à Sapporo dans le nord du pays. J'ai fabriqué moi même un masque transparent car on en trouve difficilement."

Augmenter les commandes pour faire baisser les prix 

En France, le premier masque transparent homologué a été créé par Anissa Mekrabech, une Toulousaine souffrant de surdité. "Un passage à la pharmacie où la communication avec le personnel a été fortement dégradée du fait du port du masque classique" lui a donné l’idée de fabriquer un prototype. Elle a depuis créé sa société, ASA Initia, et noué un partenariat avec l’Association des Paralysés de France. 20 000 masques ont été commandés à cette entreprise. "Plus on aura de masques à disposition, plus on arrivera à faire baisser le prix, pour qu'ils soient accessibles pour tous", a souligné Sophie Cluzel. Des commandes pourraient être réalisées par l’État pour équiper les agents d’accueil. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité