• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Rentrée

Allergies : les pièges de la rentrée

La fin des vacances estivales peut parfois être le déclencheur de crises d’allergies ou d’asthme. La docteure Sophie Silcret-Grieu vous conseille sur les points difficiles à résoudre afin de commencer cette nouvelle année en toute sérénité.

Allergies : les pièges de la rentrée DzoPhotography/iStock

  • Publié le 25.08.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


La fin de la parenthèse estivale s'approche et emporte avec elle la douce insouciance des vacances. Or ,cette période peut être à risque pour les personnes souffrant d’allergies et/ou d’asthme. Dans un webinaire organisé début juillet par l'association Asthme et allergies, l’allergologue Sophie Silcret-Grieu a présenté les sept écueils à éviter pour revenir au travail en toute sérénité.

Retour chez soi

Premier piège : oublier son traitement sur son lieu de vacances. Une incidence fâcheuse qui doit être limitée autant que possible.

Deuxième écueil : lutter contre le stress. Le retour en classe ou au travail peut être synonyme de stress. Pour lutter contre cela, la meilleure solution revient à garder les bonnes habitudes des vacances, soit garder du temps pour soi. “Relaxation, yoga, sport, cuisine… tous ces moments nous font du bien à nous et à notre allergie notamment grâce aux endorphines que notre corps libère, explique la docteure Silcret-Grieu. Il ne faut oublier que nous avons en nous des ressources qui nous aident, nous sommes nos propres médecins.”

Troisième embûche : s'immerger dans la pollution. Après une longue absence, le nid douillet peut se transformer en une forte pollution intérieure faute d'aération. Dès lors, le premier réflexe à avoir une fois les valises posées est d'ouvrir en grand les fenêtres afin de faire circuler l'air dans son logement “plein d’acariens”.

Quatrième traquenard : votre animal de compagnie. Vous avez beau l'aimer très fort, cette retrouvaille après quelques semaines de séparation devra certainement vous arracher quelques larmes mais pas forcément pour les bonnes raisons. “Je n’ai rien contre vos chats ou chiens, prévient l’allergologue. Mais le fait d’avoir été séparé d’un allergène et de la retrouver c’est une condition qui favorise l’allergie.”

Préparer la rentrée

Cinquième chausse-trappe : oublier de préparer le projet d'accueil individualisé (PAI). Ce document partagé entre la direction de l'école, les animateurs péri-scolaire et vous permet d'aménager les adaptations nécessaires pour la scolarité de votre enfant asthmatique et/ou allergique, ou d'une autre maladie chronique. Or, trop souvent, les parents prennent rendez-vous au dernier moment avec les médecins pour établir une base du document, ce qui agace Sophie Silcret-Grieu. “Anticipez”, demande-t-elle.

Sixième danger : ne pas demander l'avis de son médecin sur la pratique d'une nouvelle activité physique. “Certains sport peuvent difficilement être compatibles avec cette maladie chronique, rappelle-t-elle. Certaines allergies alimentaires se révèlent ou s’aggravent si on fait un effort physique, c'est notamment le cas de certaines formes d’allergies au blé ou aux crustacés.”

Septième guet-apens : ne pas vérifier ses vaccinations. “Elles sont fondamentales et particulièrement quand on est asthmatique. On a vraiment, vraiment intérêt à se faire vacciner contre la grippe, insiste-elle. Même si les asthmatiques et allergiques bien contrôlés n’ont pas été plus en danger avec la Covid — à condition de respecter les gestes barrière habituels — ils sont plus vulnérables à la grippe et peuvent faire davantage de forme sévère."

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité