• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé en vacances

Pourquoi les vacances d'été sont le bon moment pour essayer le végétalisme

Entre le large choix de fruits et légumes offert par la saison et le gain de temps procuré par les congés, les vacances d'été constituent le moment idéal pour essayer le régime végétalien. Le point avec la diététicienne nutritionniste Hélène Lemaire.

Pourquoi les vacances d'été sont le bon moment pour essayer le végétalisme Vaaseenaa/iStock

  • Publié le 30.07.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec sa variété de fruits et légumes gorgés de vitamines, l'été offre une belle variété dans l'assiette des consommateurs. “Si on veut en manger plus, c'est la pleine saison : ils sont bons et moins chers", indique Hélène Lemaire, diététicienne nutritionniste. Le moment idéal pour essayer de se mettre au végétalisme. “Certes, il y a davantage de fruits et légumes l'été, mais être végétalien ne veut pas dire ne manger que cela", nuance l'experte.

Si le végétalisme consiste à retirer de son alimentation tous les produits animaux, comme la viande et le poisson, ainsi que les aliments qui proviennent d'une source animale, à l'instar des œufs, des produits laitiers et du miel, les végétaliens consomment des céréales et des légumineuses, comme le riz complet ou les lentilles. “Cela demande plus de temps de cuisson qu'un steak, assure Hélène Lemaire. Toutefois, avec les vacances d'été, on est plus disponible pour les préparer et tester des recettes".

Les vacances, un gain de temps propice aux expériences

Ainsi, selon la diététicienne nutritionniste, l'été seul ne suffit pas à essayer le végétalisme. C'est le fait de coupler cette saison aux vacances qui est propice aux expériences alimentaires. “Avec la notion de temps, on est plus à même d'essayer de nouvelles choses car on n'a pas de contraintes, estime l'experte. On peut se demander où on trouvera son jus de fruits frais préféré, plutôt que de prendre un sandwich en vitesse. De même, on est dans de meilleures conditions pour cuisiner.”

Autre point important : les adaptations nécessaires au changement d'alimentation. “Au départ, on n'a pas l'habitude ; quand on mange des végétaux, il faut énormément mastiquer car on les consomme beaucoup crus. Cela demande du temps, décrit Hélène Lemaire. Forcément, les repas seront plus longs : si on est stressé par le temps car il faut se dépêcher de retourner au travail, on mangera moins et on sera frustré. Pendant les vacances, on est plus disponible.”

“On ne doit pas se forcer, mais s'écouter”

Bien que les vacances d'été soient propices à la découverte et aux expériences alimentaires, la diététicienne nutritionniste est catégorique : il faut essayer le végétalisme seulement si on en a envie. “On ne doit pas se forcer, mais s'écouter, insiste-t-elle. Par exemple, si cela nous intéresse mais que l'on ne se sent pas de couper complètement les produits animaux ou qui proviennent d'une source animale, on peut tenter le régime végétalien un jour par semaine.”

C'est ce qu'Hélène Lemaire conseille à ses patients. En dehors du geste écologique, cela leur procure une journée pour habituer leur corps et le désintoxiquer. “Si cela peut faire diminuer la quantité de protéines animales consommée par jour, ou même par mois, c'est bien, estime l'experte. Certains de mes patients sont progressivement devenus végétaliens de cette manière.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité