• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Alimentation

Diabète et obésité : dîner tardivement augmente le risque

Des chercheurs ont établi un lien entre le fait de dîner tardivement et la survenue du diabète et de l'obésité.

Diabète et obésité : dîner tardivement augmente le risque LENblR/iStock

  • Publié le 17.06.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le taux de sucre dans le sang était plus élevé au moment du coucher lorsque le repas a été pris une heure avant
  • Dîner tardivement est associé à un risque de diabète et d'obésité
  • D'autres études ont établi un lien entre dîner tardif, maladies cardiovasculaires et cancers

Dîner tardivement a-t-il une influence sur notre métabolisme ? C'est la question que se sont posés des chercheurs de la John Hopkins University dont l'étude a été publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism.

Pic de glucose et grosse quantité de graisses

Partant du postulat déjà établi que la consommation d'aliments gras et sucrés en fin de journée est associée à un plus grand risque de surpoids et d'obésité, les chercheurs ont recruté 20 volontaires (10 femmes et 10 hommes) en bonne santé. Tous ont mangé le même repas un jour à 18h, puis un autre jour à 22h, avant d'aller se coucher dans les deux cas à 23h. Résultat : le taux de sucre dans le sang était plus élevé au moment du coucher lorsque le repas avait été pris une heure avant et le taux de graisse brûlée plus faible que si 5h avaient séparé le dîner du coucher. 

En moyenne, le pic de glucose après le dîner tardif était supérieur de 18% et la quantité de graisse brûlée inférieure à 10% par rapport au dîner à 18 heures, détaille Chenjuan Gu, autrice principale de l'étude. Adoptée sur le long terme, cette mauvaise habitude de dîner tardivement pourrait favoriser le développement du diabète et de l'obésité, notamment parce que les sucres et graisses ingérées n'ont pas le temps d'être éliminées par l'organisme.

D'autres études incluant un échantillon de personnes plus large sont nécessaires pour définir avec certitude les conséquences du dîner tardif sur le métabolisme, mais ces premières données confirment l'importance de manger léger le soir à une heure raisonnable afin de laisser le corps digérer. 

D'autres risques associés au dîner tardif

En 2018, des chercheurs avaient établi un lien entre le fait de dîner tardivement et la prévalence des cancers du sein et de la prostate. “Comparativement aux sujets dormants immédiatement après le souper, ceux qui dormaient deux heures ou plus après le repas présentaient une réduction de 20% du risque de cancer du sein et de la prostate [-16% de risque d'avoir un cancer du sein et -26% de risques de développer un cancer de la prostate, NDLR]”, expliquaient-ils.

Une autre étude publiée en 2019 indiquait que les femmes qui consommaient des repas caloriques tard le soir avaient davantage de risque d’avoir une tension artérielle plus haute, un IMC plus élevé et un mauvais contrôle de leur glycémie que celles qui dînaient tôt. “Jusqu'à présent, les approches axées sur le mode de vie pour prévenir les maladies cardiaques se sont concentrées sur ce que nous mangeons et la quantité de nourriture que nous mangeons, expliquait Nour Makarem, chercheuse à l'université Columbia de New York (Etats-Unis). Ces résultats préliminaires indiquent qu'une alimentation intentionnelle qui tient compte du moment et de la proportion de calories dans les repas du soir peut représenter un comportement simple et modifiable qui peut aider à réduire le risque de maladie cardiaque.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité