• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Epaule gelée

Capsulite de l'épaule : un nouveau traitement efficace contre la douleur et pour la mobilité

A l'occasion de la dernière réunion de la Society of interventional radiology qui s’est tenue virtuellement le 13 juin, des chercheurs ont présenté un nouveau traitement prometteur non chirurgical pour diminuer le flux sanguin errant dans l’épaule des patients souffrant de capsulite.

Capsulite de l'épaule : un nouveau traitement efficace contre la douleur et pour la mobilité Anut21ng/iStock

  • Publié le 18.06.2020 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La capsulite rétractile de l’épaule (CRE) ou « épaule gelée » est une inflammation de l’enveloppe de l’articulation de l’épaule.
  • Elle touche 2 à 5 % de la population générale.
  • Des chercheurs ont présenté un nouveau traitement prometteur non chirurgical pour diminuer le flux sanguin errant dans l’épaule des patients.

La capsulite rétractile de l’épaule (CRE), ou “épaule gelée”, est une inflammation de l’enveloppe de l’articulation de l’épaule (appelée capsule articulaire). Elle se manifeste par une douleur aigüe soudaine à laquelle s’ajoute une rigidité globale de l’épaule. Ces symptômes sont le plus souvent traités par de la physiothérapie ou des analgésiques et mettent entre un à trois ans à disparaître. Lors de la réunion scientifique 2020 de la Society of interventional radiology qui s’est tenue virtuellement le 13 juin, des chercheurs ont présenté un nouveau traitement non chirurgical pour diminuer le flux sanguin errant dans l’épaule des patients. Cette technique prometteuse permettrait de réduire rapidement la douleur et d’améliorer la mobilité des malades.

Lors d’un essai clinique de phase II approuvé par la FDA sur l’embolisation artérielle de l’épaule (AES), des radiologues interventionnels ont inséré un cathéter à travers une incision de la taille d’un trou d’épingle dans le poignet de patients. Celui-ci avait été utilisé pour alimenter des particules de microsphères dans pas moins de six artères de l'épaule afin de réduire l'inflammation. La douleur, le handicap et le débit sanguin de chaque patient dans l'épaule ont été mesurés avant et après le traitement à l'aide de trois échelles, en plus de l'imagerie IRM pour visualiser l'articulation de l'épaule. 

On dit essentiellement aux patients ayant l'épaule gelée de se retenir jusqu'à ce que leurs symptômes s'améliorent, mais compte tenu de la douleur importante et de la diminution de la fonction que beaucoup connaissent, nous avons cherché à déterminer si ce modèle de traitement de l'embolisation, déjà utilisé dans d'autres zones du corps, pouvait apporter un soulagement immédiat et durable”, explique Sandeep Bagla, auteur principal de l'étude. 

“Nous avons été surpris par l'amélioration profonde et spectaculaire de la douleur”

Le traitement a été mené à bien chez 16 patients. Des effets indésirables mineurs tels qu’une décoloration temporaire de la peau ont été signalés chez neuf sujets. Un mois plus tard, les chercheurs ont suivi l’évolution de 11 patients chez qui la douleur avait diminué de façon significative après l’AES. La fonction physique s’est améliorée chez tous et des progrès supplémentaires ont été signalés lors du suivi de trois mois.

Nous sommes au début de l'étude de ce traitement, mais nous sommes inspirés par son efficacité à réduire la douleur et l'amplitude des mouvements dans les épaules des patients, se félicite Sandeep Bagla. Nous avons été surpris par l'amélioration profonde et spectaculaire de la douleur des patients et de l'utilisation de leur épaule.”

Toutefois, ce traitement est encore à l'étude. Qui plus est l'expérience présente quelques limites, telles que la petite taille de l'échantillon ou l'absence de bras de contrôle. Afin d'aller plus loin, l'elle sera étendue à d'autres patients en 2020. En attendant d'en savoir plus, les thérapies conservatrices doivent continuer à être envisagées en priorité, concluent les chercheurs. 

De nombreux facteurs de risque 

La capsulite rétractile de l’épaule touche 2 à 5 % de la population générale. Elle est parfois due à un traumatisme au niveau de l’épaule ou à une chirurgie ou une radiothérapie axillaire ou sus-claviculaire. Elle peut également être la conséquence d’un infarctus du myocarde, d’une maladie neurologique (AVC, Parkinson) ou de maladies métaboliques (diabète, dysfonctionnement thyroïdien) ou pulmonaires. Il arrive aussi que la prise de barbituriques au long cours ou de certains traitements anti-tuberculeux (isoniazide et éthambutol). Enfin, un terrain anxieux est parfois avancé comme facteur de risque mais cela n’a pas encore été démontré scientifiquement. Pour diagnostiquer une capsulite, l’examen le plus performant est l’IRM.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité