• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Déconfinement

Sondage : les jeunes adultes voient l'avenir en sombre

Selon le sondage "#MoiJeune, confiné et demain ?" d'Opinion Way commandé par Heyme et 20 minutes, quatre jeunes adultes sur dix estimaient durant le confinement que la société post-confinement serait moins solidaire. Les raisons de ce pessimisme.

Sondage : les jeunes adultes voient l'avenir en sombre Dischant_S/iStock

  • Publié le 19.05.2020 à 17h45
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Un sondage montre que les jeunes ne voient pas un monde meilleur apparaître après la crise sanitaire
  • Ils craignent davantage d'inégalités
  • Leur priorité est la préservation de l'environnement

Si le déconfinement a pu être une bouée de sauvetage morale pour certains français, une frange de la population semble pessimiste sur la suite des évènements. Cette population ? Les jeunes adultes à en croire le baromètre "#MoiJeune, confiné et demain ?" Heyme - 20 minutes - OpinionWay. Ce sondage a été réalisé entre le 30 avril et le 4 mai auprès de 549 personnes de 18 à 30 ans et représentatives selon la méthode des quotas. L'institut d'opinion rappelle que les chiffres de cette étude doivent être lu avec une marge d'incertitude entre 1,8 et 4,1 points au moins.

Premier enseignement de ce sondage est que le moral des jeunes adultes s'est dégradé malgré l'annonce du déconfinement. Ils étaient 45% à déclarer que leur état de santé s'est dégradé depuis une semaine contre 38 % la semaine précédente. Un dévissage du moral qui rejoint celui du premier baromètre datant du 6 avril dernier alors que ce chiffre s'était globalement améliorer.

"Pire qu'avant"

Un état d'esprit qui ne semble pas directement lié à la peur engendrée par le virus puisque que le degré d'inquiétude des 18-30 ans de contracter la maladie pour eux-même et leurs proches décroit au fil des semaines confinées. Si à titre personnel, la majorité des répondants estiment que leur situation sera identique qu'avant-Covid, près de 30 % d'entre eux pensent qu'elle s'améliora contre 16 % de pessimistes. Un optimisme douché par leur perception de l'après-Covid sur la société française. Selon ce sondage, ils sont 44 % à envisager une situation "pire" qu'avant la crise, presque autant (41%) que ceux qui pensent qu'il n'y aura pas de changement et 14% seulement qui pronostiquent une amélioration.

Pour comprendre ce pessimisme ambiant malgré les multiples actes de solidarités, les jeunes adultes ont une vision des rapports de force futur bien tranchés. 8 sur 10 pronostiquent davantage de "défiance vis-à-vis des institutions", 7 sur 10 qu'il y aura "plus d'ordre que de liberté", "plus d'inégalités sociales que d'équités", "plus de règles économiques que moins", "un oubli progressif des 'invisibles'" - NDRL : métiers essentiels au fonctionnement du pays mais mal rémunérés comme éboueurs ou caissiers de supermarché -  et "une priorité de l'économie par rapport à l'humain".

"Dans les moments de crise, on observe une tendance au repli sur soi, puisqu’on peut moins compter sur la société pour assurer notre bien-être, assure Eléonore Quarré, directrice d’études chez OpinionWay, en charge de cette enquête dans les pages de 20 minutes. Et cela, au risque de ne plus prendre en compte les populations les plus fragiles. Tout ce qui était notable et beau pendant cette crise va être oublié."

Environnement, priorité des jeunes adultes

Lorsque le baromètre interroge ces 18-30 ans, sur ce que devraient être les priorités du gouvernement pour les prochains mois après-Covid, trois mesures se démarquent nettement parmi les propositions soumises. À quasi-égalité, leur priorité est de "maintenir les objectifs environnementaux" (56%), "revaloriser les salaires des professionnels de santé" (55%) et "relocaliser la production des produits essentiels en France" (53%). Loin devant "soutenir financièrement les entreprises françaises" (40%), "renforcer la solidarité envers les plus fragiles, les plus démunies" (32%), "ajuster les parcours scolaires pour éviter que les élèves et étudiants soient pénalisés suite à la période de confinement" (20%), "investir davantage dans la recherche médicale" (17%) ou "ajuster la loi Travail pour augmenter la productivité (suppression des 35H, réduction du nombre de RTT,...)" (5%).

Quant à leurs souhaits pour la société de demain près d'1 sur 2 désire que la société française privilégie "la protection de l'environnement quitte à être moins performants d'un point de vu économique". Loin devant les mesures proposés de souveraineté économique (20%), sur la santé pour tous (19%), le plein emploi (7%) ou de sécurité (4%).

"Cette génération est hypersensible aux questions environnementales, explique Eléonore Quarré. Les jeunes sont conscients que la santé de tous les citoyens est en réalité le bout de la chaîne. L’épidémie de Covid-19 représente certes une crise, mais ils sont conscients que ne rien faire pour l’environnement est une catastrophe, avec des effets encore plus importants que ceux du Covid-19."

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité