• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Chimiothérapie

Covid-19 et cancer du sein : le rôle clé des signatures génomiques

Les traitements du cancer du sein par chimiothérapie affaiblissent les défenses immunitaires et accroissent donc le risque en période d'épidémie. Les signatures génomiques sont un des outils pour réduire le recours à la chimiothérapie en donnant une évaluation de son efficacité.

Covid-19 et cancer du sein : le rôle clé des signatures génomiques KatarzinaBalasiewicz/iStock

  • Publié le 27.04.2020 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les signatures génomiques permettent de savoir si un cancer du sein va répondre ou non à la chimiothérapie
  • Un outil important en période d'épidémie puisque la chimiothérapie accroit le risque face à Covid-19
  • Ce test permet donc éventuellement de recourir à d'autres modes de prise en charge sans conséquences pour la patiente

Dans le traitement du cancer du sein, la chimiothérapie n'apporte pas toujours de résultats significatifs. Et cette question est encore plus importante dans les choix thérapeutiques pour les patientes en période de pandémie de Covid-19. Les chimiothérapies, encore plus que les effets de la maladie elle-même, rendent les pat!entes très vulnérables à une infection par le coronavirus puisque les traitements de chimiothérapie affaiblissent fortement le système immunitaire.

"L'infection est la complication que l'on redoute avec la chimiothérapie"

"C'est un facteur de fragilité puisque l'infection est vraiment la complication que l'on redoute pour les patientes traitées par chimiothérapie", explique le Dr Jean-Yves Pierga, oncologue médical à l'Institut Curie. D'où, l'importance de pouvoir évaluer la pertinence du recours à ces traitements, parfois inutilement utilisés dans cette maladie alors que leurs effets secondaires toxiques y compris hors période d'épidémie sont connus. Pour cela, les médecins ont besoin de connaître deux éléments, pronostiques sur l'évolution de la maladie, soit prédictifs sur l'utilité de tel ou tel traitement.

Aujourd'hui, cette évaluation est  aidée par les signatures moléculaires -ou génomiques-  qui, en identifiant les gènes qui s'expriment dans la tumeur d'une patiente, permettent de dire si oui ou non il est opportun de lui prescrire une chimiothérapie. Cette analyse des gènes de la tumeur permet en effet de montrer qu'il y a ou non une bonne réponse à ce traitement.

"Un élément qui fait pencher la balance"

Ces tests génomiques doivent donc continuer à être réalisés dans le contexte sanitaire actuel, même si ils sont rendus un peu plus compliqués dans la mesure où certains laboratoires limitent les conditions d'accès à leurs services. "Dans le cancer du sein, nous sommes de toute façon dans une logique qui vise à diminuer autant que possible le recours à la chimiothérapie. Mais dans cette période, il est encore plus important de pouvoir disposer d'un élément qui fait pencher la balance lorsque la décision de faire oui de ne pas faire une chimiothérapie est un peu tangente", explique Jean-Yves Pierga.

Jusque-là, avant de déterminer si une patiente devait être traitée par chimiothérapie, des études statistiques qui donnaient, en fonction de caractéristiques cliniques, une prédiction du risque de décès à 5, 10 ou 15 ans et indiquaient le bénéfice d'un traitement par chimiothérapie ou hormonothérapie. "C'est une bonne approche de la question pronostique et prédictive, mais c'est une approche pour une population : pour une patiente donnée, on ne connait pas le pronostic précis ni l'efficacité de la chimiothérapie dans son cas particulier", souligne le cancérologue Gilles Frayer.

Choisir le traitement qui sera le moins à risque

"Les signatures moléculaires -ou génomiques- mettent en place une approche qui permet une individualisation de l'évaluation du risque par rapport à une patiente et à la nature de sa tumeur", poursuit-il en précisant les avantages et les limites des différentes signatures dont on dispose aujourd'hui : "L'une est modérément pronostique mais très prédictive du bénéfice de la chimiothérapie, d'autres sont de très bonnes signatures pronostiques sans être prédictives et d'autres, d'utilisation plus limitée, prédisent très bien le bénéfice d'une prolongation de l'hormonothérapie".

Pas d'interrogation, donc, de la part des médecins sur la nécessité de rassembler tous les éléments qui permettent de choisir le traitement qui sera le moins à risque durant la pandémie de Covid-19 pour les patientes atteintes de cancer du sein. Et le pire des risques, soulignent-ils, serait que cette période entraîne un relâchement du suivi ou de la prise en charge de ces patientes. " Il ne faudrait pas qu'en gagnant des vies dans les formes sévères de Covid-19 on en perde d'autres en négligeant la prise en charge des maladies chroniques", souligne Jean-Yves Pierga.

https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/880-Cancer-du-sein-les-chances-de-guerison-sont-meilleures-avec-le-traitement-precoce

Ci-dessous, l'émission Questions aux Experts sur "Pathologies du sein. et Covid-19" avec le Dr Jean-Yves Pierga:

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité