Publicité

QUESTION D'ACTU

Contraception

Implant contraceptif Essure : des patientes demandent une indemnisation de l’Etat

Quatre patientes ont fait analyser leurs implants par un laboratoire indépendant à Lyon. Les résultats pointent la responsabilité des soudures, suspectées de relâcher des particules nocives, telles que l’étain, dans les trompes. 

Implant contraceptif Essure : des patientes demandent une indemnisation de l’Etat Shidlovski/iStock

  • Publié le 11.02.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L’Etat mis en cause dans l’affaire des implants Essure. Quatre patientes demandent une reconnaissance de la faute des autorités et une indemnisation dans un courrier adressé à la ministre de la santé Agnès Buzyn. En l’absence de réponse d’ici deux mois, elles comptent porter plainte devant le tribunal administratif. 

Une érosion de l’implant au fil du temps 

Commercialisé depuis 2002, l’implant Essure est une méthode de contraception définitive : des micro-implants sont déposés par les voies naturelles, au bout de quelques temps, un phénomène de cicatrisation va se mettre en place, permettant de “boucher” les trompes de Fallope. 

Début février 2020, le laboratoire lyonnais Minapath a publié les résultats d’une étude menée sur les tissus utérins de patientes ayant porté ce modèle d’implant. L’analyse constate que le dispositif contraceptif relâche de l’étain dans 90 % des cas à cause d’une trop forte érosion de la soudure. 

Des effets secondaires nombreux 

Plusieurs femmes soupçonnent l’implant d’être à l’origine de douleurs ressenties lorsqu’elles le portaient : tendinites, troubles neuropathiques, troubles de la mémoire ou encore douleurs pelviennes. Françoise Vanmuysen se souvient des “céphalées” et d’une “diminution des capacités cognitives et physiques”. Cette ancienne chirurgienne de 50 ans, s’est confiée au micro de Franceinfo : “C’est très insidieux, ça évolue un petit peu comme un poison à bas bruit.” Elle a porté l’implant pendant huit années, qu’elle “d’enfer” à cause des douleurs ressenties et de la fatigue. 

Plus de 1 000 victimes 

En avril 2019, près de 70 patientes ont porté plainte contre X pour “blessures involontaires” auprès du pôle santé du tribunal de grande instance de Marseille. Les plaintes, “toujours en cours”, ont été confiées au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris. Plus de 1 000 femmes auraient subi des effets indésirables liés à l’implant entre 2003 et 2017 d’après une cadre de l’ANSM. L’implant Essure a été retiré du marché en 2017 par le laboratoire Bayer, qui le commercialisait. Au moins 175 000 femmes l’auraient porté. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité