• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Immunothérapie

Cancer : grâce aux “ciseaux génétiques”, les cellules immunitaires modifiées ont un effet plus durable

Une découverte prometteuse dans le traitement du cancer: une étude démontre que des cellules immunitaires modifiées par la technique dite des “ciseaux génétiques” agissent durablement dans l'organisme pour s'attaquer aux tumeurs.

Cancer : grâce aux “ciseaux génétiques”, les cellules immunitaires modifiées ont un effet plus durable CIPhotos/iStock

  • Publié le 08.02.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La modification par CRISPR-Cas9, la technique dite des “ciseaux génétiques”, de cellules immunitaires apporte un nouvel espoir dans le traitement du cancer. Selon une étude publiée dans Science, des lymphocytes T dont l'ADN a été modifié par CRISPR ont survécu dans l'organisme et continué d'attaquer des tumeurs jusqu'à 9 mois après leur injection. Jusqu'ici, les autres techniques de manipulation génétique des cellules immunitaires n'agissaient que durant moins d'une semaine comme armes anti-cancéreuses.

En quoi consiste cette nouvelle approche ? Un des moyens de lutter contre les tumeurs cancéreuses est de prélever les lymphocytes T (des globules blancs qui attaquent les cellules anormales se développant dans l'organisme) chez le patient et de renforcer leur action par une manipulation génétique avant de les réinjecter chez le malade. Rendues ainsi plus puissantes, ces cellules modifiées constituent des armes dont l'efficacité contre les cellules des tumeurs cancéreuses est avérée.

Une action plus durable qu'avec les CAR-T Cells

Cette technique est celle utilisées avec les CAR-T Cells, lymphocytes T manipulés génétiquement pour être  capables de reconnaître des antigènes tumoraux présents uniquement à la surface des cellules cancéreuses. En se fixant sur leurs cellules cibles, les lymphocytes T, devenus des CAR-T cells, jouent alors leur rôle et détruisent les cellules malades. La limite de l'action de ces CAR-T Cells est le risque, selon la dose administrée ou la taille de la tumeur ciblée, qu'elles agissent contre d'autres cellules de l'organisme et déclenchent une réaction immunitaire en chaîne dangereuse pour des patients déjà affaiblis par la maladie.

La méthode utilisée par les scientifiques américains, qui permet à des cellules immunitaires modifiées d'agir de façon beaucoup plus durable contre les tumeurs cancéreuses, repose sur une autre technique de manipulation des lymphocytes T, celle qui utilise le système CRISP-R Cas9. Ces “ciseaux génétiques” modifient en trois endroits l'ADN des lymphocytes T: les deux premières “coupes” de leur ADN permettent de remplacer les récepteurs naturels de ces cellules par d'autres plus performants, tandis que la troisième supprime un récepteur du lymphocyte T qui permettrait aux cellules cancéreuses de contrer son action immunitaire. Les lymphocytes T modifiés par CRISP-R Cas9 disposent ainsi d'armes plus puissantes contre les cellules des tumeurs et d'une “armure” qui les protège de leur contre-attaque. “Il s'agit de la première confirmation de la capacité de la technologie CRISPR-Cas9 à cibler plusieurs gènes en même temps chez l'humain, et cela illustre le potentiel de cette technologie pour traiter de nombreuses maladies qui ne pouvaient pas être guéries auparavant”, souligne Carl June, auteur principal de l'étude.

La preuve de l'innocuité du traitement

Ce nouvel arsenal contre les tumeurs cancéreuses a été testé dans le cadre d'un essai clinique sur trois patients âgés d'une soixantaine d'années atteints d'un cancer avancé, deux victime d'un myélome, le troisième d'un sarcome. Premier enseignement : aucun d'entre-eux n'a souffert d'effets secondaires liés à ce nouveau traitement. Ensuite, l'état de deux des patients s'il ne s'est pas amélioré, s'est en tout cas stabilisé. Cependant, l'état du troisième patient a continué de se dégrader. Les chercheurs restent toutefois optimistes sur l'évolution des effets de cette technique : leurs travaux ont permis, selon eux, de s'assurer de l'innocuité du traitement et de sa faisabilité chez l'humain, condition préalable à d'autres tests d'efficacité de l'utilisation de CRISPR-Cas9 sur la modification des lymphocytes T dans différents types de cancers plus ou moins avancés.

Ci-dessous, l'émission "Santé 2030" sur les ciseaux génétiques révolutionnaires:

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité