Publicité

QUESTION D'ACTU

Sport et santé

Les commotions cérébrales chez les ados sportifs peuvent mener au suicide

Les élèves de collèges et de lycées ont un risque accru de dépression et de suicide après une commotion cérébrale. 

Les commotions cérébrales chez les ados sportifs peuvent mener au suicide KatarzynaBialasiewicz/iStock

  • Publié le 13.12.2019 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le suicide et les causes qui pousse les personnes à passer à l’acte sont un problème à prendre très au sérieux. Les chercheurs du centre des sciences de la santé de l’université du Texas (UTHealth) ont trouvé un lien entre les antécédents de commotion cérébrale chez les jeunes sportifs et les facteurs de risque liés au suicide. Leurs travaux sont parus le mois dernier dans le Journal of Affective Disorders. Selon les conclusions de l’étude, les élèves du secondaire ayant des antécédents de commotions cérébrales liées au sport auraient un risque accru de suicide.

“Il est important de se rappeler que lorsqu'il s'agit de commotions cérébrales, il n'y a pas de test visuel pour les confirmer. Malheureusement, vous ne pouvez pas emmener votre enfant faire un test de laboratoire pour en diagnostiquer un”, indique Dale Mantey, auteur principal de l'étude, étudiant au doctorat à l'UTHealth School of Public Health à Austin. Cette étude est la première à inclure un échantillon représentatif à l'échelle nationale d'élèves du secondaire, à un moment où le suicide a été reconnu comme la deuxième cause de décès chez les Américains âgés de 10 à 34 ans.

Des pensées suicidaires pour un élève victime de commotion cérébrale sur cinq 

Pour savoir comment les commotions cérébrales pouvaient affecter la santé mentale des jeunes athlètes, les chercheurs ont recueilli les données de plus de 13 000 élèves de collèges et de lycées aux États-Unis. Ils leur ont demandé de partager leurs antécédents de blessures au moyen d'un sondage détaillé. Parmi eux, près de 15 % des étudiants interrogés ont déclaré avoir subi une commotion cérébrale.

Les chercheurs ont constaté que les étudiants qui ont récemment subi une blessure ou une commotion cérébrale — au cours de la dernière année — étaient plus susceptibles d’avoir des idées suicidaires, de tenter de passer à l’acte, et d’avoir des sentiments dépressifs. Parmi les réponses, 21 % avaient des pensées suicidaires et 36 % ont déclaré qu'ils s'étaient sentis tristes ou désespérés.

Les filles plus touchées que les garçons

Les athlètes féminines avaient plus de chances de signaler tous les facteurs de risque de suicide.  Elles étaient deux fois plus susceptibles d'indiquer des antécédents de traitement médical pour une tentative de suicide que les femmes qui n'avaient pas signalé de commotion cérébrale au cours de la dernière année. En revanche, les hommes ayant subi une commotion cérébrale au cours de la dernière année étaient deux fois plus susceptibles de déclarer avoir fait une tentative de suicide et trois fois plus susceptibles d'avoir reçu un traitement médical pour une tentative de suicide. 

Pour Dale Mantey, “tout le monde doit être conscient des signes avant-coureurs et des risques associés aux commotions cérébrales — les parents, les enseignants, les entraîneurs, mais aussi les élèves eux-mêmes — si l'on craint qu'un enfant n'ait subi une commotion cérébrale, il est essentiel de consulter un médecin. Si l'on diagnostique une commotion cérébrale chez un enfant, tous les membres de leur réseau de soutien devraient rechercher les changements d'humeur ou de comportement qui peuvent être des signes avant-coureurs d'une diminution du bien-être mental.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité