Publicité

QUESTION D'ACTU

Politique

Université de Lyon-Sud : le vice-doyen blanchi des accusations de sexisme et d’homophobie

Accusé d’avoir tenu des propos sexistes et discriminatoires devant les étudiants de première année d’étude de médecine (PACES) de la faculté de médecine de Lyon, le professeur Gilles Freyer vient d’être totalement blanchi à la suite d’une enquête administrative.  

Université de Lyon-Sud : le vice-doyen blanchi des accusations de sexisme et d’homophobie

  • Publié 07.10.2019 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans un rapport de 36 pages de l’Inspection générale de l’administration de l’Education nationale et de la Recherche (IGAENR), résumant une enquête de plusieurs mois, le Pr Gilles Freyer, vice-doyen de la Faculté de Médecine de Lyon est complètement blanchi des accusations relayées par le journal en ligne « Médiacités Lyon ».

Le cancérologue était mis en cause pour certaines déclarations prononcées durant ses cours magistraux en « santé, société, humanité », propos relevés en mai 2019 par le site d’information « Médiacïtés » et qualifiés de « misogynes, homophobes et racistes ». A la suite de son interpellation par l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, avait saisi l’Inspection générale de l’administration de l’Education nationale et de la Recherche (IGAENR) pour « faire toute la lumière » sur ces faits.

Les enregistrements des cours du Pr. Freyer analysés

Dans son rapport, cette dernière vient de dédouaner le Professeur Freyer en estimant que les propos tenus « ne cherchent ni à humilier, ni à ridiculiser quelques étudiants que ce soit » et qu’ils « n’appellent ni saisine de la justice, ni procédure disciplinaire ». Les inspecteurs ont analysé les enregistrements des cours du professeur Freyer et auditionné plusieurs dizaines de personnes, étudiants, représentants d’étudiants, enseignants et jusqu’au doyen de la faculté. Ils ont considéré que l’enquête publiée par « Médiacîtés » avait surinterprêté des propos « qui ne peuvent être présentés comme inacceptables que lorsqu’ils sont sortis de leur contexte ».

"Pas d'éléments probants"

Sur les accusations de « misogynie », le rapport précise que « Médiacîtés n’apporte pas d’éléments probants » et que « la mission ne perçoit dans les cours du Professeur Freyer aucune condescendance vis-à-vis des femmes, quoiqu’il affiche une vision plutôt traditionnelle mais non réactionnaire de l’organisation de la société et spécifiquement des relations entre les hommes et les femmes ». Les inspecteurs contestent également les affirmations de « Médiacîtés » sur le fait que le Professeur Freyer décrédibilise la lutte contre l’homophobie et fasse du prosélytisme anti-euthanasie.

L’IGAENR souligne enfin qu’un enseignant chercheur, au-delà de sa vocation à transmettre des connaissances, peut aussi « susciter des questions » plutôt que « se faire le porte-parole d’un discours convenu ». Au final, si la mission reconnaît au Professeur Freyer « un goût évident » pour la provocation pouvant se traduire par « des traits d’humour parfois intempestifs », il précise que celui-ci ne « dépasse pas les limites que lui impose son statut ».

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité