Publicité

QUESTION D'ACTU

Recommandations

"Genou du coureur" : un chercheur donne de nouvelles directives pour sa prise en charge

Aux Etats-Unis, un professeur de kinésithérapie de l'Université du Montana a publié dimanche un guide de pratique clinique pour améliorer la prise en charge des patients souffrant du syndrome douloureux fémoro-patellaire (SDFP), plus connu sous le nom de "genou du coureur". 

\ lzf/iStock

  • Publié 04.09.2019 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le syndrome douloureux fémoro-patellaire (SDFP), plus connu sous le nom de "genou du coureur", est l’une des causes les plus fréquentes de douleur antérieure du genou chez l’adolescent et l’adulte. Chaque année, il touche un quart de la population mondiale et deux fois plus les femmes. Malheureusement, en dépit de sa fréquence, ce trouble est encore mal compris. Aussi son diagnostic est compliqué et sa prise en charge difficile. 

C’est pourquoi Richard Willy, professeur de kinésithérapie à l’Université de Montana (Etats-Unis) a publié un Guide de pratique clinique pour améliorer la normalisation des soins prodigués aux patients tout en fournissant des directives de remboursement aux compagnies d’assurance. Ses recommandations sont parues dimanche 1erseptembre dans le Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, la revue scientifique officielle de l'Academy of Orthopaedic Physical Therapy. 

D’après lui, la thérapie par l'exercice, soit les traitements de renforcement de la hanche et du genou prescrits par un physiothérapeute, est la meilleure approche pour le rétablissement des patients. 

Se spécialiser dans un seul sport est plus risqué 

Rappelant au passage que les jeunes athlètes qui se spécialisent dans un seul sport courent 28% de risques de plus de souffrir de SDFP, Willy recommande pour pour l’éviter un programme d’exercices pour augmenter graduellement les activités telles que la course ou la marche. Maximiser la force des jambes, en particulier les muscles de la cuisse, permet en outre de réduire les risques. Enfin, la douleur ne signifie pas toujours que le genou est endommagé, explique-t-il.

"Bien qu'il puisse être tentant de chercher des solutions rapides pour soulager la douleur au genou, rien ne prouve que les traitements non actifs seuls, comme la stimulation électrique, les manipulations lombaires, les ultrasons ou les aiguilles sèches, aident les personnes souffrant de SDFP", déclare-t-il également. Et de conclure : "Les personnes atteintes de SDFP devraient consulter un clinicien qui utilise la thérapie par l'exercice pour traiter cette blessure."

Le SDFP résulte d’un mauvais cheminement de la patella (rotule) lors de la mobilisation du genou, ce qui entraîne alors une compression excessive sur les facettes patellaires. A l’heure actuelle, en France, son diagnostic se fait principalement par rapport au récit des antécédents du malade et à l’examen clinique du genou et de l’ensemble du membre inférieur. Une IRM est parfois réalisée. Quand le diagnostic tombe, le traitement est souvent principalement axé sur la rééducation avec de la physiothérapie ciblée et personnalisée, comme le conseille Willy. Le traitement chirurgical est réservé aux cas présentant une anomalie structurelle causale.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité