Publicité

QUESTION D'ACTU

Qualité de vie dégradée

Syndrome des jambes sans repos : un risque de suicide trois fois supérieur

Pénible, voire douloureux, le syndrome des jambes sans repos nuit fortement à la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Une nouvelle étude montre qu’il serait associé à un risque de suicide et d’automutilation trois fois supérieur à la moyenne.

Syndrome des jambes sans repos : un risque de suicide trois fois supérieur demaerre/iStock

  • Publié le 31.08.2019 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Des picotements, des fourmillements, des contractures ou des démangeaisons, mais aussi des sensations de brûlure ou de décharge électrique soudaine dans les jambes… Voici les symptômes avec lesquels doivent vivre les 2 à 8% de la population française souffrant du syndrome des jambes sans repos, aussi connu sous le nom de maladie de Willis-Ekbom.

Une nouvelle étude, menée par la Penn State University, aux États-Unis, et publiée dans JAMA Open Network, montre que ces symptômes désagréables, voire douloureux, ne nuisent pas seulement à la qualité du sommeil : ils dégradent aussi fortement la qualité de vie et peuvent, dans les cas les plus graves, mener au suicide ou à l’automutilation.

"Notre étude suggère que le syndrome des jambes sans repos n'est pas seulement lié aux conditions physiques, mais aussi à la santé mentale", explique ainsi Xiang Gao, professeur agrégé de sciences de la nutrition et directeur du Nutritional Epidemiology Lab à Penn State. "Et comme le syndrome des jambes sans repos est sous-diagnostiqué et que les taux de suicide augmentent, ce lien sera de plus en plus important. Les cliniciens doivent être prudents quand ils examinent les patients pour le syndrome des jambes sans repos et le risque de suicide."

Un risque 2,7 fois supérieur à la moyenne

Si jusqu’à présent, les chercheurs avaient bien noté que le syndrome des jambes sans repos était associé à un risque plus élevé de mortalité, ils ignoraient encore pourquoi. En utilisant les données du Truven Health MarketScan, les auteurs de l’étude ont pu établir un lien entre risque de suicide et d’automutilation avec le syndrome. Au total, ils ont passé en revue les données de près de 200 000 personnes entre 2006 et 2014. Parmi elles, 24 179 avaient reçu un diagnostic de syndrome des jambes sans repos.

Après analyse des données, les chercheurs ont constaté que les personnes atteintes du syndrome des jambes sans repos avaient 270 % plus de risques de suicide ou d'automutilation que celles qui ne le sont pas. Le risque n'a pas diminué même lorsque les chercheurs ont contrôlé des facteurs tels que la dépression, les troubles du sommeil et les maladies chroniques courantes.

"Après avoir tenu compte de ces facteurs, nous n'avons toujours pas vu l'association diminuer, ce qui signifie que le syndrome des jambes sans repos pourrait toujours être une variable indépendante contribuant au suicide et à l'automutilation », reconnaît Muzi Na, professeur de développement de carrière Broadhurst pour l'étude sur la promotion de la santé et la prévention des maladies à Penn State. "Nous ne connaissons toujours pas la raison exacte, mais nos résultats peuvent aider à façonner la recherche future pour en savoir plus sur le mécanisme."

Les chercheurs vont donc mener d’autres études pour confirmer, ou non, ces résultats.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité