Publicité

QUESTION D'ACTU

Corrélation

Démences : manger trop de piments pourrait entraîner un déclin cérébral

Un régime alimentaire trop épicé pourrait être lié à la démence, selon une nouvelle étude internationale menée sur des Chinois, grands consommateurs de piments. 

Démences : manger trop de piments pourrait entraîner un déclin cérébral 19msa05/iStock

  • Publié 24.07.2019 à 09h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans le monde, 50 millions de personnes sont aujourd’hui atteintes de démences et on enregistre chaque année près de 10 millions de nouveaux cas. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il s’agit de l’une des principales causes de handicap et de dépendance parmi les personnes âgées. D’après une nouvelle étude internationale parue fin mai dans la revue Nutrients, un régime alimentaire riches en épices pourrait être lié à la ce syndrome.  

En suivant 4 582 Chinois âgés de plus de 55 ans, des chercheurs ont observé un déclin cérébral deux fois plus rapide chez ceux qui consommaient régulièrement plus de 50 grammes de piment par jour. 

"Des études précédentes ont montré que la consommation de piment pourrait être bénéfique pour le poids et la pression sanguine. Toutefois, dans cette étude, nous avons trouvé des effets indésirables sur la mémoire des adultes plus âgés", explique le Dr Zumin Shi de l’Université du Qatar qui a mené l’étude. La capsaïcine est le composant actif du piment qui accélérerait le métabolisme, la perte de graisse et inhiberait les troubles vasculaires. 

Un aliment particulièrement populaire en Asie 

Dans le détail, les participants qui consommaient beaucoup de piments avaient un indice de revenu et de masse corporelle (IMC) inférieur à celui des autres. Ils étaient également plus actifs physiquement. Les personnes ayant un poids normal pourraient être plus sensibles à la consommation de ces aliments que les autres, d’où leur impact sur la mémoire et le métabolisme, avance l’étude. Mais le niveau d’éducation pourrait également jouer un rôle dans le déclin cognitif, admettent les chercheurs selon qui des recherches supplémentaires doivent avoir lieu pour étudier ce lien. 

La consommation de piment inclut le piment frais et les piments forts séchés mais pas de poivron doux ni de poivre noir, précisent-ils. "Le piment est l’un des épices les plus courants dans le monde et il est particulièrement populaire en Asie par comparaison aux pays européens", précise le Dr Ming Li, l’un des chercheurs de l’étude. "Dans certaines régions de Chine, comme le Sichuan et le Hunan, presque un adulte sur trois consomme de la nourriture épicée tous les jours", développe-t-il. Il s'agit de la première étude à travailler sur le lien entre consommation de piment et fonction cognitive.

Alzheimer à l’origine de 60 à 70% des cas de démence 

La démence est un syndrome, généralement chronique ou évolutif, où le malade souffre d’une altération de la fonction cognitive plus importante que celle généralement observée quand on vieillit. Elle a des impacts négatifs sur la mémoire, le raisonnement, l’orientation, la compréhension, le calcul, la capacité d’apprentissage, le langage et le jugement, explique l’OMS. Ces troubles de la fonction cognitive sont souvent précédés ou accompagnés d’une détérioration du contrôle émotionnel, du comportement social ou de la motivation. La conscience n’est en revanche pas affectée. 

Ce syndrome est provoqué par un ensemble de maladies et de traumatismes affectant plus ou moins le cerveau, comme l’accident vasculaire cérébral (AVC) ou Alzheimer. Cette affliction serait en effet à l’origine de 60 à 70% des cas de démences à travers le monde. En France, elle touche 900 000 personnes et 225 000 nouveaux cas seraient diagnostiqués chaque année. Enfin, d’après la fondation Recherche sur Alzheimer, deux malades sur trois sont des femmes. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité