Publicité

QUESTION D'ACTU

Justice

Crise des opioïdes : le fabriquant américain Insys va débourser 225 millions de dollars

Suspecté d'avoir versé des pots-de-vin à des médecins pour les inciter à prescrire son puissant opioïde fentanyl, le laboratoire américain Insys Therapeutics va débourser 225 millions de dollars.

Crise des opioïdes : le fabriquant américain Insys va débourser 225 millions de dollars tab1962 /istock

  • Publié 10.06.2019 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Après le laboratoire Johnson & Johnson, c'est au tour d'Insys Therapeutics. Suspecté d'avoir versé des pots-de-vin à des médecins pour les inciter à prescrire son puissant opioïde fentanyl, le laboratoire américain a accepté de débourser 225 millions de dollars (200 millions d'euros) et sa filiale Insys Pharma de plaider coupable de fraude afin de mettre fin aux procédures judiciaires engagées à son encontre, rapporte le New York Times

Insys a "privilégié ses bénéfices à la santé de milliers de patients"

"Pendant des années Insys a fait preuve d'un comportement illégal en privilégiant ses bénéfices à la santé de milliers de patients", a déclaré le procureur américain Andrew Lelling. "Aujourd'hui, l'entreprise est tenue pour responsable de cette faute, et de son rôle dans l'épidémie d'opioïdes". Le ministère de la Justice a précisé que "les paiements seront étalés sur cinq ans".

Le fabriquant d'opioïdes aurait soudoyé des médecins et eu recours à d'autres pratiques commerciales illégales pour augmenter les ventes de son produit Subsys, un spray buccal à base de fentanyl, un analgésique opioïde environ 100 fois plus puissant que la morphine. A l'origine destiné à soulager la souffrance de personnes atteintes de cancer, le laboratoire a tout mis en oeuvre pour l'administrer à d'autres patients, les rendant complètement dépendants. 

"Une spirale irréversible"

"Aujourd’hui, il y a plus d’overdoses chez les patients avec des douleurs chroniques que chez les consommateurs de drogue", s’alarmait récemment dans Le Parisien Nicolas Authier, président de l’Observatoire français des médicaments antalgiques. N’importe qui peut sombrer. "Ce n’est pas une problématique spécifique des usagers de drogue. On parle ici de femmes (60%) et d’hommes de 40, 50, 60 ans, sans antécédents de prise de drogue. Confrontés à la douleur chronique, avec pour certains des comorbidités psychiatriques, pour d’autres des problèmes familiaux ou au boulot, ils se retrouvent entraînés dans la spirale irréversible de l’addiction".

Les autorités américaines ont décidé de se retourner contre les laboratoires pharmaceutiques, accusés d’être à l'origine de cette crise sanitaire qui a coûté la vie à 200 000 Américains ces dernières années. 

La crise des opioïdes liée à une augmentation des dons d'organes

La situation est telle que la crise des opioïdes a engendré une augmentation significative des transplantations cardiaques dans le pays. En 2017, sur l’ensemble des transplantations cardiaques réalisées dans 11 États américains, plus de 20% des donneurs étaient décédés d’une overdose (en 2000, moins de 1% des donneurs étaient morts pour cette raison). L’overdose a été multipliée par 14 entre 2000 et 2017. 

Chaque année, 12 millions de Français sont traités par des médicaments à base d’opium, dont 1 million par opioïde fort. Entre 2004 et 2007, les prescriptions supplémentaires d’opioïdes forts, comme le l’Oxycodone et le Fentanyl, ont augmenté de 100% (500 000 prescriptions supplémentaires). En conséquence, les hospitalisations pour overdose et le nombre de décès associés ont explosé depuis les années 2000 (+167% et +146%).

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité