Publicité

QUESTION D'ACTU

Mission habitée

Objectif Mars : un médecin à bord pour faire face aux défis

Une expédition spatiale vers Mars pour 2030 ? Avant de pouvoir partir, les astronautes devront être prêts à être totalement autonomes pour veiller sur leur santé physique et psychologique.


  • Publié 22.06.2013 à 16h18
  • |
  • |
  • |
  • |


Dans les allées du salon du Bourget qui ferment ses portes demain, les visiteurs s’extasient devant les avions, l’A400 M le transporteur géant d’Airbus, ou le drone de combat européen, mais les yeux s’écarquillent aussi devant les maquettes de lanceurs spatiaux ou les véhicules suborbitaux… 
Les propos récents du président des USA, Barack Obama, qui espère un premier voyage vers Mars d’ici 2030 agitent les esprits. En avril dernier, le président américain a fait une demande surprenante à la NASA, l’agence spatiale américaine : capturer un astéroïde ! Ce dernier devra être ensuite dévié de sa trajectoire et placé en orbite entre la Terre et Mars. Il servira ainsi de tremplin pour le prochain voyage vers la planète rouge…


Un vol habité vers Mars est un défi technique et humain sans commune mesure avec une expédition lunaire : système de support-vie fonctionnant en circuit fermé sur de longues durées (plus de 500 jours), problèmes psychologiques d'un équipage confiné dans un espace restreint dans un contexte particulièrement stressant, problèmes physiologiques découlant de l'absence de gravité sur des périodes prolongées ainsi que l'effet des rayonnements sur l'organisme… Alors, sur un plan médical, ce type d’expédition est-il possible ? La réponse est affirmative pour le Dr Bernard Comet, qui travaille à l’Institut de médecine et de physiologie spatiale à Toulouse (MEDES), un homme d’expérience qui a été médecin d’équipage pour de nombreux astronautes français et européens.

Ecouter le Dr Bernard Comet, MEDES. « Depuis maintenant plus de 50 ans d’exploration humaine en microgravité, on commence à avoir une bonne idée des pathologies qui surviennent et des moyens pour les contenir. »

 


Cependant, il reste encore quelques défis technologiques et psychologiques à relever. Sur le plan technologique, il sera nécessaire que le dispositif médical soit complètement autonome car l’équipage n’est pas à l’abri de survenue de traumatismes, d’infections. « L’équipage ne pourra pas comme c’est la cas actuellement dans la station spatiale internationale, revenir sur Terre dans un délai de 24h, souligne le Dr Comet. Pour une mission sur Mars, un retour d’urgence devient complètement impossible. »
De plus, les télécommunications avec une équipe de soutien sur Terre seront beaucoup trop longues. « Plus l’équipage s’éloignera de la Terre, plus les délais de transmission seront longs, précise le médecin spécialiste. Il faudra compter une quarantaine de minutes pour qu’un message parte et revienne entre l’opérateur et le récepteur, or des situations d’urgence médicale nécessite évidemment des réponses plus rapides. » Donc le maître mot sera l’autonomie de l’équipage. C’est pour cette raison qu’un médecin devra faire partie de l’équipage, un médecin avec des compétences chirurgicales. Une opération en apesanteur, microgravité est-elle possible ? «  Des opérations sur des animaux ont été réalisés dans la station Mir, et des opérations ont été réalisées dans des vols  transparaboliques qui permettent d’opérer en situation de microgravité. 


Ecouter le Dr Bernard Comet. « La suture est tout à fait possible. »


 

Reste encore le défi psychologique. Les expéditions en condition extrêmes dans l’Antarctique, dans la station Mir, ou l’expérience de simulation Mars 500 ont permis d’appréhender les défis psychologiques que les astronautes auraient à relever s’ils partent vers Mars. Mais tout n’est pas encore au point. « Apparemment, avoir un seul leader, ce n’est pas très bon car s’il est défaillant, il faut pouvoir le remplacer, témoigne le Dr Comet. Mais combien en faut-il ? est-ce que l’équipage doit être mixte ? Il n’existe pas encore de consensus sur ces questions ».

Ecouter le Dr Bernard Comet. « On manque de savoirs et de règles pour faire une équipe, une petite équipe optimale. » 
 

Autre problème à résoudre : quel type de matériel médical peut-on emporter ? « Evidemment, il est hors de question de partir avec le matériel d’un hôpital universitaire, plaisante le Dr Comet. Mais l’équipage aura besoin d’un système de rayons X pour détecter d’éventuelles fractures par exemple.  Autre besoin : des appreils de détection pour savoir si une bactérie, un champignon ou un microorganisme est en train de polluer l’atmosphère de l’engin spatial. « L’équpage d’un système rapide de détection sans passer par la mise en culture de souches ».

Eouter le Dr  Bernard Comet. « On risque que des bactéries embarquées aient des mutations ».
 

Ensuite, il sera aussi nécessaire que l’équipage puisse se maintenir en forme. L’exercice physique étant le médicament universel, comment faire en sorte qu’un équipage puisse suivre les recommandations de l’OMS, 10 000 pas par jour, en situation d’hypersédentarité, dans un engin étroit et confiné ? « A bord de la station Mir, on utilise déjà des vélos, des tapis roulants, explique Bernard Comet, la NASA réfléchit aussi à faire courir les gens dans un anneau qui tourne autour du véhicule de transfert avec une piste de course à pied qui serait en rotation et soumettraient les astronautes coureurs à une force centrifuge qui leur permetraient de s’entretenir et de se préparer à vivre de nouveau en gravité terrestre… » Un système auquel le cinéaste Stanley Kubric avait pensé pour son film « 2001, l’odyssée de l’espace ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité